EASP/ESD 2014 – Sujet : « Enseigner « l’élargissement du monde (XVe-XVIe siècle) » au lycée : quels apports de l’histoire globale ? »

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle : L’élargissement du monde (XVe-XVIe, les Grandes Découvertes.

 

−      Document 1 : extrait du programme de la classe de 2nde, Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010.

 

−      Documents 2 : Manuel d’histoire Nathan de 2nde, Guillaume Le Quintrec (dir), 2010.

 

 

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : histoire globale et histoire connectée. 

 

−         Document 3 : Romain Bertrand, « L’archive du contact et les mondes de la rencontre » Introduction, in L’histoire à parts égales, Seuil, septembre 2011.

 

 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : Comment l’éducation civique contribue-t-elle à l’ouverture des élèves au monde ?

 

Document 4 : Extrait du Socle commun des connaissances et des compétences, ministère de l’Education nationale (décret du 11 juillet 2006).

Document N°1 : Extrait du programme de la classe de 2nde, Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010.

Thème 4 – Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne 10-11 h

 

Question

obligatoire

Mise en œuvre  

L’élargissement du monde (XVe-XVIe siècle) La question traite des contacts des Européens avec d’autres mondes et de l’élargissement de leurs horizons géographiques en prenant appui sur une étude obligatoire :– de Constantinople à Istanbul : un lieu de contacts entre différentes cultures et religions (chrétiennes, musulmane, juive) ;

 

sur une étude choisie parmi les deux suivantes :

– un navigateur européen et ses voyages de découverte ;

– un grand port européen ;

 

et sur une autre étude choisie parmi les deux suivantes

– une cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne;

– Pékin : une cité interdite ?

 

 

Document N°2A : Le Quintrec Guillaume (dir), Histoire 2nde, Nathan, Paris, 2010 p. 160.

nouvel horizon

Document N°2B : Le Quintrec Guillaume (dir), Histoire 2nde, Nathan, Paris, 2010 p. 161.

Le quintrec

Document N° 3 : Romain Bertrand, « L’archive du contact et les mondes de la rencontre » Introduction, in L’histoire à parts égales, Seuil, septembre 2011. 

Les temps sont trompeurs. Car on pourrait croire que la récente montée en puissance –médiatique autant qu’académique- de l’ « histoire globale », conjuguée à la critique récurrente de nos impensés coloniaux, a remisé au grenier les vieux récits à la première personne de l’Universel. Or, force est de constater que ce « grand décentrement » de l’histoire mondiale, dont l’on nous entretient désormais à satiété, se limite, le plus souvent, soit à une histoire de l’Europe « au loin », en ses projections impériales (et c’est alors l’affaire de caraques et de comptoirs), soit à une histoire de l’Europe « vue de loin » (et c’est alors le récit des « regards » portés sur sa grandeur par des peuples réduits au rôle de spectateurs d’une destinée sur laquelle ils n’ont aucune prise) (…) ce constat est d’autant plus paradoxal que tout, dans notre héritage historiographique, devrait nous inciter à mettre en chantier une histoire un peu moins européo-centrée – c’est à dire moins ethnocentrique- du monde moderne (…) . Il fut un temps où l’histoire française, forte des acquis de son compagnonnage avec les spécialistes d’ « aires culturelles » lointaines, avait ouvert ses fenêtres au « vent du large ». Au vu de la diminution drastique de la part des études africaines ou asiatiques dans l’offre universitaire de la recherche et de l’enseignement, cet héritage semble, hélas, avoir été largement dilapidé. C’est en écho à ces entreprises un peu trop vite oubliées, et donc en manière de répartie à l’encontre des nouveaux européocentrismes de tout acabit, qu’a pris forme le projet – ou plutôt le pari- d’écrire une histoire « symétrique » de la rencontre, à la fin du XVIè et au début du XVIIè siècle, entre Hollandais, Malais et Javanais. Cette notion de « symétrie » renvoie, dans l’acception de la sociologie des sciences, à un principe de « symétrie généralisée » qui confère une égale dignité documentaire à l’ensemble des énoncés en présence – autrement dit qui ne les répartit pas, d’entrée de jeu, de façon téléologique, en « vainqueurs » et « vaincus ». Il s’agit ainsi, pour respecter l’indécision des commencements, de ne plus hiérarchiser les sources à l’aune de l’état colonial terminal des relations entre les mondes dont elles sont issues, et à cette fin d’utiliser, dans la trame même du récit, si possible autant mais surtout de même manière les documentations européennes (néerlandaises, britanniques, portugaises) et insulindiennes (malaises et javanaises) (…) Précisons ce point : garantir une égalité de traitement interprétatif à des univers de sens connexes n’est pas s’acharner à les réduire les uns aux autres au prix de l’abrasion de leurs spécificités respectives. C’est tout au contraire prendre le temps de les contempler dans leurs discordances, et cartographier leurs lignes de fuite en s’abstenant de les réunir en un horizon qui n’a jamais existé. (…)

Document N°4 : Extrait du Socle commun des connaissances et des compétences, ministère de l’Education nationale (décret du 11 juillet 2006).

 

En donnant des repères communs pour comprendre, la culture humaniste participe à la construction du sentiment d’appartenance à la communauté des citoyens, aide à la formation d’opinions raisonnées, prépare chacun à la construction de sa propre culture et conditionne son ouverture au monde. Les élèves doivent :

 • avoir des repères géographiques :

 • avoir des repères historiques : […] 

• les différentes périodes de l’histoire de l’humanité […] ;

 • les grands traits de l’histoire de la construction européenne ; 

• les périodes et les dates principales, les grandes figures, les événements fondateurs de l’histoire de France, en les reliant à l’histoire du continent européen et du monde.

 • être préparés à partager une culture européenne : • par une connaissance des textes majeurs de l’Antiquité (l’Iliade et L’Odyssée, récits de la fondation de Rome, la Bible) ; 

• par une connaissance d’œuvres littéraires, picturales, théâtrales, musicales, architecturales ou cinématographiques majeures du patrimoine français, européen et mondial (ancien, moderne ou contemporain) ; 

• comprendre l’unité et la complexité du monde par une première approche : 

• des droits de l’Homme ; 

• de la diversité des civilisations, des sociétés, des religions (histoire et aire de diffusion contemporaine) ; 

• du fait religieux en France, en Europe et dans le monde […] ; 

• des grands principes de la production et de l’échange ; 

• de la mondialisation ; 

• des inégalités et des interdépendances dans le monde […] ;

 • des éléments de culture politique : les grandes formes d’organisation politique, économique et sociale (notamment des grands États de l’Union européenne), la place et le rôle de l’État ;

 • des conflits dans le monde et des notions de défense. 

Éléments de corrigé : Enseigner « l’élargissement du monde (XVe-XVIe siècle) » au lycée : quels apports de l’histoire globale ?

NB. La partie sur la dimension civique du sujet n’est pas traitée.

 

 

I/ ANALYSE DE LA SITUATION PROFESSIONNELLE : LES « GRANDES DÉCOUVERTES », UNE HISTOIRE EUROPEOCENTRÉE ?

 

            1/ Le programme : une problématique dominante de « l’expansion européenne » mais pondérée par les commentaires des « Ressources (Eduscol )».

 

• Problématique générale du programme : l’élargissement des horizons géographiques des Européens. Le point de vue est donc européen puisque l’élargissement du monde est bien celui du monde des Européens mais cette problématique est en quelque sorte « rééquilibrée » par les indications de la mise en œuvre avec l’obligation de traiter « de Constantinople à Istanbul : un lieu de contacts entre différentes cultures et religions (chrétiennes, musulmane, juive) » par celle d’une « autre étude choisie parmi les deux suivantes

– une cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne;

– Pékin : une cité interdite ? ».

 

-> On peut faire l’hypothèse que c’est la volonté politique de promouvoir l’histoire de l’Europe et des Européens qui explique cette juxtaposition d’une problématique globalement européocentrée et des indications de « décentrement » jugées nécessaires vers les autres civilisations qui témoignent elles de la volonté de prendre en compte les évolutions de la recherche.

 

• On retrouve ce même dispositif dans les commentaires des ressources pour la classe de Seconde (qui n’ont pas le même statut réglementaire des programmes), d’autres notions et orientations sont précisées :

– la problématique générale de « l’expansion européenne » est certes confirmée : « Ce processus de mondialisation est largement le fruit de l’expansion européenne dont il faut comprendre les modalités et les facteurs ». Parmi ces facteurs, les facteurs religieux et culturels sont valorisés, ce qui est en résonance avec la « montée » de l’histoire culturelle dans les historiographies occidentales.

– Mais d’autres orientations tendent à s’éloigner de cette problématique « expansionniste » globalement européocentrée avec l’insistance sur les « interconnexions », les « regards croisés entre civilisations », « l’acculturation réciproque ». Plus encore il est précisé que « Au XVe  siècle, le monde s’organise autour de vastes territoires plus ou moins unifiés (Chine de Ming,  Empire ottoman, empires aztèque et inca) et de régions plus morcelées (royaumes européens). De vastes zones d’échanges et de circulation relient déjà ces mondes dont il convient de mettre en regard différents lieux. Le programme propose ainsi plusieurs entrées par « des territoires du monde ». Et encore, dans les pièges à éviter il est rappelé qu’il ne faut pas : « Restreindre l’approche à la question de l’expansion européenne sans permettre aux élèves d’accéder à des regards croisés ».

Les commentaires renforcent donc encore les limites déjà apportées dans les programmes à la problématique de l’expansion européenne.

 

-> Ces dernières orientations font écho elles à des démarches nouvelles généralement considérées comme relevant notamment de l’histoire connectée des premiers contacts entre Européens et non Européens ou de l’histoire croisée. Les échanges ne sont plus à sens unique, des Européens vers les autres, mais se font dans les deux sens, R. Bertrand parle ainsi d’une « histoire à parts égales ». Ce qui a des conséquences sur les sources à utiliser : quelle place accorder aux sources « indigènes » provenant des non Européens ? C’est ainsi que R. Bertrand note, à propos des premières rencontre entre Hollandais, Javanais et Malais : « Il s’agit de ne plus hiérarchiser les sources à l’aune de l’état colonial terminal des relations entre les mondes dont elles sont issues, et à cette fin d’utiliser, dans la trame même du récit, si possible autant mais surtout de même manière les documentations européennes (néerlandaises, britanniques, portugaises) et insulindiennes (malaises et javanaises) ».

 

NB. Ces orientations plus conformes aux évolutions de la recherche historique signalent également la complexité des « circuits d’écriture » des programmes et de leurs commentaires qui peuvent ainsi juxtaposer de manière éclectique des démarches différentes voire contradictoires.

 

• Parmi les éclairages historiographiques :

NB. Il ne s’agit évidemment pas pour le candidat de rappeler toutes ces références : parmi elles le candidat en valorise quelques unes pour développer l’idée que les approches et perspectives regroupées sous l’appellation « histoire globale » peuvent être référées à des travaux plus anciens…

 

• Les perspectives ouvertes par les courants de l’histoire globale (comme ceux de l’histoire connectée et l’histoire croisée) ne sont pas entièrement nouvelles, elles empruntent plusieurs de leurs  principes et méthodes à des courants préexistants comme :

– Les « vieilles » histoires universelles,

– L’histoire globale/ totale dans la tradition des Annales (F. Braudel, 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin ; rééd. 1966, 1976 ; Livre de poche Hachette, coll. « Biblio », 1993 – Grammaire des civilisations, 1963 ; P. Chaunu, 1975, Séville et l’Atlantique (15041650), Paris, SEVPEN ; P. Vilar, 1963, La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales ; Denys Lombard, 1990, Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, EHESS)… Les projets menés par Fernand Braudel, autour de la notion de civilisation (sens différent, attention, de celui donné par ex par Huntington), des notions d’« aires culturelles » et d’économie-monde, affichaient déjà un objectif d’histoire globale, une volonté, selon Chaunu (1969), de « rompre avec les Etats » et de penser globalement les problèmes.

On peut encore citer l’histoire comparée et rappeler le plaidoyer de M. Bloch 1928, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, t. XLVI et des  courants très divers et plus récents qui s’inscrivent dans une perspective « globale » comme :

– L’histoire coloniale/imperiale, notamment en Grande Bretagne et la New Imperial History, qui accordent une attention particulière à l’analyse des dimensions culturelles des colonisations, aux migrations, aux initiatives (agency) et aux interactions des acteurs dans le cadre des empires.

– L’histoire atlantique » aux Etats-Unis qui « visent à s’éloigner d’une histoire de la première globalisation écrite du seul point de vue de l’Europe ou de l’Occident  et se veulent résolument « multiculturelles, multiethniques, et multiraciales ».

– L’histoire des transferts culturels, histoire transnationale, développées en Europe années 1990-2000, notamment cadre franco-allemand, les phénomènes étudiés sont pensés comme transcendant les cadres nationaux.

– L’histoire croisée est défendue et thématisée en particulier par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (2004). C’est pour dépasser les « limites du comparatisme en histoire culturelle » que Michael Werner et Bénédicte Zimmermann privilégient « le positionnement de l’histoire croisée par rapport à la comparaison et à l’étude des transferts ».

– Les postcolonial et subaltern studies  qui veulent se démarquer d’une approche (grand récit) « nationale » et/ou « ethnocentrée » conservatrice et rendre visible et légitime une histoire « non-occidentale ».

 

– Parmi les notions proposées : celle de  « première mondialisation » qui renvoie à certains travaux qui se réclament de la world history et celle plus polysémique de modernité (plurielle est-il précisé).

 

• Parmi les nombreux objets d’étude possible, on constate que l’histoire mondiale/globale choisit souvent des objets liés aux préoccupations actuelles, aux thèmes à la mode dans les années 1990-2000, comme cherchant à en retracer l’origine, la généalogie, l’évolution. Le thème des origines de la mondialisation économique tient une place importante dans les travaux d’histoire mondiale/globale, qui se sont souvent attachés à déterminer la localisation du centre d’impulsion de l’économie mondiale à partir du XVIe siècle : est-ce d’Asie orientale ou bien d’Europe occidentale qu’est venue l’impulsion ? Comment peu à peu les grandes régions du monde sont-elles devenues de plus en plus interdépendantes sur le plan économique, s’organisant en un système de plus en plus global de production et d’échange ?

 

Plusieurs mondialisations :

– Depuis quand remonte la mondialisation ? Quels en sont les rythmes, identifier des phases (avancées/reculs ; ouverture/fermeture) de l’intégration mondiale ? Dans quels domaines (économique, culturelle) ? Quelle périodisation ? Selon quels critères ? Multiplicité des formes de contacts, interconnexions, circulations entre régions, empires, « aires culturelles »…

– Des interdépendances mondialisées dès l’époque moderne : Fernand Braudel, Immanuel Wallerstein, distinguent une « première mondialisation » liée aux premières modernités et aux premières expansions européennes…  Idée de la « conscience de globalité des contemporains » (du fait des découvertes, échanges, conquêtes), avec désormais la volonté de compliquer ces généalogies idéales où seule l’Europe est mise en valeur

– Certains auteurs vont même jusqu’à parler d’une « mondialisation orientale » antérieure aux premières incursions occidentales dans l’océan Indien. L’existence d’un « système-monde » englobant l’Asie, l’Europe et une partie du continent africain, et fondé sur des échanges commerciaux, des transferts d’idées et de connaissances, voire la circulation d’épidémies (la peste), est en tout cas amplement documentée et ce pour des périodes de plus en plus lointaines – jusqu’à 3 000 ans avant Jésus-Christ. Voilà qui remet en cause l’idée, avancée de longue date par l’historien Immanuel Wallerstein, selon laquelle l’essor planétaire des échanges serait consubstantiel à la naissance du capitalisme dans l’Europe du XVe siècle. L’historienne Janet Abu-Lughod (Janet Abu-Lughod, Before European Hegemony: The World System A.D. 1250-1350. USA: Oxford University Press. 1991) décrit l’Europe du XIIe au XIVe siècle comme une composante marginale d’une vaste économie interconnectée qui allait de l’Atlantique à la mer de Chine. Pour cette auteure, le capitalisme européen devrait même son essor au dynamisme de cette zone d’échange préexistante, qu’il serait progressivement parvenu à contrôler.

-> NB. Ces dernières analyses disqualifient donc radicalement une approche de l’élargissement du monde à partir des initiatives européennes, elles sont bien sûr discutées mais peuvent être connues pour garder une distance critique par rapport aux propositions des programmes et des manuels

 

            2/ La mise en œuvre du manuel: la confirmation d’un point de vue européocentré ?

 

• Le manuel adopte une démarche générale qui se présente comme descriptive et qui reste dans la problématique de l’expansion européenne : « Comment les Européens sont-ils partis à la découverte du monde aux XVe et XVIe siècles » ? Il propose également des éléments d’explication dans le A/ : intérêt économique, but religieux et politique. Les traditionnels facteurs techniques (le fameux « gouvernail d’étambot »…) sont également invoqués comme éléments d’explication… Les autres parties sont effectivement descriptives selon un ordre globalement chronologique du XVe au XVIe (traité de Saragosse de 1529) dans la perspective de délimiter une période ou une séquence spécifique qui a valeur de repère chronologique.

 

• Les précisions apportées par les commentaires des Ressources quant aux « regards croisés entre civilisation » ne sont pas prises en compte dans ces pages de manuel sauf dans l’encadré sur la notion de « Grandes Découvertes » (noter les majuscules…).

• La notion rectrice de la mise en œuvre du manuel est en effet celle de « Grandes Découvertes ». Cette notion est absente du programme de Seconde, seule y figure celle de « découvertes » qui fait, elle, partie du vocabulaire indigène de l’époque, le terme « Descubrimiento » étant utilisé par Christophe Colomb. Dans le manuel la notion dite clé de « Grandes Découvertes » structure la problématique de l’expansion européenne mais elle est pourtant signalée comme étant l’objet de critiques dans l’encadré « Notion clé » notamment au nom de la remise en cause de l’européocentrisme. Ces critiques ne sont pourtant pas reprises en compte dans le texte didactique du manuel qui reste dans l’optique traditionnelle de l’expansion européenne. Ce qui signale peut-être les difficultés ou les réticences à « traduire » dans les mises en œuvre pédagogiques les avancées de la recherche historique.

 

-> Le document 3 du manuel qui rend compte d’un regard européen sur les « autres » est accompagné d’un document 4 concernant le regard des Africains sur les Européens, mais assez paradoxalement ce regard « symétrique » des Aficains renforce le point de vue a-symétrique et européocentré de la conquête…

NB. Il faut signaler que le renversement du regard (des Européens aux non-Europées) n’est pas propre à l’histoire connectée et croisée, c’était déjà la démarche d’un Nathan Wachtel dans La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, 1530-1570 (Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1992 – 1ère éd. coll. « Bibliothèque des Histoires », 1971) qui proposait un « décentrement » du point de vue en brossant un tableau de la conquête européenne vue par les Aztèques, les Mayas et les Incas.

De la même façon la carte 2 ne prend pas en compte les réseaux d’échanges impériaux non européens très denses préexistant à l’arrivée des Européens en Asie du Sud et du Sud-Est, seuls ces derniers semblent présents sur les océans ! Elle est de ce point de vue très représentative de l’européocentrisme dominant dans cette mise en œuvre du programme par le manuel.

 

• À noter le terme d’invention appliqué à l’Amérique, ce qui signale aussi peut-être une prise en compte discrète de problématiques constructionnistes au sens de la contextualisation, de l’historisation et de la construction sociale des catégories.

 

3/ Les « Grandes Découvertes » : une construction rétrospective ?

 

• Le texte de l’encadré « Notion clé » sur les Grandes Découvertes fait référence à des travaux qui remettent en causes cette expression : elle est européocentrique en ne prenant en compte que le point de vue « du pont du navire de négoce européen, des remparts de la forteresse ou de la galerie supérieure de l’entrepôt » (Van Leur 1967, cité par Romain Bertrand) et elle est une « construction discursive » qui amalgame des épisodes disparates en créant une période cohérente, en « politisant une découpe du temps » (R. Bertrand) sans prendre en compte notamment que la disponibilité à remettre en cause la vision autorisée du monde existe déjà chez les explorateurs du XIIIe siècle.

La séquence « Grandes Découvertes » stabilisée au XIXe siècle (par Alexandre de Humboldt notamment ) « noue artificiellement des événements plus ou moins isolés, depuis la prise de Ceuta en 1414 jusqu’au périple de Magellan en 1520, en une séquence chronologiquement orientée. Ce qui l’oriente est, cela va de soi, la conquête et l’exploitation du monde par l’Europe occidentale » (R. Bertrand). Les Grandes Découvertes en tant que période permettent d’être présentées comme une sorte de « prélude glorieux » (qui est arrêté arbitrairement dans les années 1520) à la conquête et l’exploitation coloniale du Nouveau monde, sans donc être entachée par les terribles réalités de cette exploitation. La présentation du manuel et notamment la mise en relief de la supériorité technique européenne est donc une manière de justifier les conquêtes européennes.

La notion de « Grandes découvertes » est bien une catégorie scolaire, dont le processus de construction peut être analysé comme celui du regard que les Européens ont porté sur le monde. « Elle devient en effet ce que les linguistes nomment un « chrononyme », c’est-à-dire une expression figée désignant une portion de temps en référence à des événements (les « années de plomb ») ou à une caractérisation (la « Belle Époque ») qui doivent lui donner sens » (R. Bertrand).

 

II/ LES APPORTS DE L’HISTOIRE GLOBALE ET CONNECTÉE : ARTICULER LES ÉCHELLES ET « PROVINCIALISER l’EUROPE » ?

 

Le terme « histoire globale » recouvre différents courants qui ont en commun l’idée de sortir du carcan de l’Etat-Nation comme échelle d’analyse (même inconsciemment) privilégiée qui occulte les phénomènes d’interrelations et de connexions en « imperméabilisant les frontières » étatiques.

            1/   Pas seulement changer d’échelle, mais articuler les échelles plutôt que les confronter.

• Dans l’ensemble les différentes variantes de l’histoire dite globale ne se contentent pas de changer d’échelle (du national au mondial pour faire court…), elles n’opposent pas le micro et le macro (l’échelle du monde, des empires…) mais cherche à retrouver les interactions multiples et les appropriations (réciproques) entre les deux : elles se veulent  à la fois une alternative au « grand récit [macro] de la modernisation » occidentale englobant (peu attentif aux acteurs) et à l’émiettement parcellaire post-moderne [micro à l’excès]. Il ne s’agit pas d’un simple changement d’échelle, mais aussi d’un « pas de côté » pour repérer des connexions plus ou moins masquées ou inaperçues (Sanjay Subrahmanyam). On est à la fois à l’échelle mondiale (globalité des échanges et des phénomènes transnationaux/transcontinentaux/transimpériaux) et on reste à hauteur d’homme (jeux des acteurs : qui met en œuvre les phénomènes envisagés et comment fonctionnent les connexions établies ?) : microstoria et histoire globale ne sont donc pas du tout incompatibles.

• Roger Chartier : « L’indissociable union du global et du local a pu conduire certains à proposer la notion de « glocal » qui désigne avec justesse, sinon élégance, les processus par lesquels des références partagées, des modèles imposés, des textes et des biens circulant à l’échelle planétaire sont appropriés pour faire sens dans un temps et un lieu particuliers ».

 

-> On retrouve ces orientations (déjà signalées plus haut) dans les programmes et leurs commentaires : il s’agit bien de  proposer « une approche qui, jouant sur les échelles et les temporalités, privilégie les interconnections ».

 

•Dans le cas de la situation professionnelle du sujet il s’agit bien de faire le choix d’intégrer les « grandes découvertes » dans le cadre d’une histoire-monde (changement d’échelle) tout en restant attentif aux « jeux d’acteurs » (explorateurs certes mais aussi acteurs « locaux » non européens, « passeurs » et intermédiaires divers…). C’est ainsi que Patrick Boucheron a dirigé un ouvrage portant sur le monde au XVe siècle pour faire une histoire qui débute « avec la mort du sultan conquérant turco-mongol Tamerlan, en 1405, laissant son empire sans postérité. En dominant dans la seconde moitié du XIVe siècle l’Asie centrale, l’Iran, la Syrie, la Turquie d’Europe avant d’envisager de soumettre la Chine, Tamerlan avait ouvert la possibilité d’une autre mondialisation, celle qui, depuis le XIIIe siècle, faisait de l’Asie centrale le cœur du système spatial de l’Ancien Monde eurasien, de la mer du Nord à la mer de Chine (P. Boucheron)».  Aussi quand les Portugais arrivent en 1498 dans l’Océan indien ils n’inventent pas une nouvelle route, ils arrivent dans un système spatial déjà densément organisé qui les contraint et les oriente. Comme l’écrit P. Boucheron : « Par ce décentrement du regard s’invente une autre histoire des Grandes Découvertes, à la fois plus complète et plus inquiète. C’est toujours, sans doute, « notre » histoire, à ceci près que la valeur du « nous » a changé » ( Patrick Boucheron « Qui a inventé les Grandes Découvertes ? », L’Histoire 7/2010 (n°355), p. 8-13.).

 

La spécificité des « histoires connectées » :

Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Editions du Seuil, 2011.

• R. Bertrand : « L’histoire connectée est une modalité spécifique de l’approche globale. Démarche « globale » car émancipée des frontières étatiques. Spécificité car c’est une histoire très située, des situations de contacts, qu’elle insiste sur les passeurs (d’une civilisations à l’autre) et les transferts, les circulations (et bien sûr aussi les non-circulations !), les contacts, les premières rencontres. Plus proche des hommes, des acteurs de l’histoire. L’Autre émerge, il n’est plus absent du récit historique »…

« A rebours de la thèse téléologique de l’avantage comparatif rédhibitoire des Européens, l’histoire connectée insiste donc sur la contingence des conquêtes européennes ainsi que, pour ce qui est de l’Asie du Sud et du Sud-Est des années 1500 aux années 1750, sur le caractère interstitiel ou « parasitaire » de la présence européenne ».

-> Ce type d’approche semble particulièrement adapté à la situation professionnelle du sujet et aux orientations de « décentrement » des commentaires du programme.

 

  2/  « Provincialiser l’Europe » ? (D. Chakrabarty).

 

Dipesh Chakrabarty, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Amsterdam, 2009 (Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000)..

« Chakrabarty critique l’historiographie européo-centrée de la modernité politique en Asie du sud, qu’il estime être assujettie à un paradigme « historiciste » de l’histoire, c’est-à-dire une perception du temps historique comme processus de développement dont le point d’aboutissement serait la modernité politique « à l’européenne ».

-> L’histoire globale comme mode d’étude : le décloisonnement, le décentrement  du regard, «by moving laterally» (S. Subrahmanyam). Le décentrement des perspectives, décentrer le regard (moins européocentré) sur l’histoire du monde, ce qui permet de voir les problèmes autrement.

-> Sortir du « grand récit » de l’occidentalisation de la planète. Exemple en  économie : la tendance séculaire des historiens du Vieux Continent à ne rechercher qu’à l’intérieur de ses frontières les ressorts de l’essor économique de l’Europe. Renaissance, « Grandes Découvertes », transition du féodalisme au capitalisme, révolution industrielle, conquête économique du monde : selon cette « histoire tunnel », les moments forts de l’histoire européenne s’enchaînent et se suffisent, réduisant le reste du monde au rôle de récepteur passif des lumières occidentales ou de victime inéluctable d’une arrogante supériorité.

-> Jack Goody, Le Vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris Gallimard, 2010 (édit. Anglaise 2006).

« Toute une part de son analyse est donc consacrée à montrer que les traits et les acquisitions supposés distinctifs de l’expérience occidentale ont eu leurs équivalents dans le monde oriental. L’anthropologue prolonge ici une réflexion qu’il avait déjà entamée dans plusieurs de ses ouvrages précédents, en particulier dans The East in the West (1996). Il y montrait que, s’agissant des formes de la rationalité, de l’organisation des échanges ou de la famille, l’Europe ne pouvait revendiquer aucune différence essentielle par rapport aux sociétés orientales. La démonstration est reprise dans la dernière partie de ce livre et elle est élargie à d’autres objets : la ville et les fonctions urbaines, les institutions de savoir, la production des valeurs et encore celle des affects. Elle emporte, reconnaissons-le, inégalement la conviction. Mais la ligne générale est clairement tracée : pendant longtemps, l’expérience européenne n’a rien produit qui justifie que l’on revendique pour elle un statut à part. Elle ne saurait être pensée dans les termes d’une différence radicale.

[…] à chacun des acquis que l’Occident se plaît à considérer comme son bien propre, Goody s’emploie à trouver des équivalences « orientales » au moins approximatives pour en conclure que rien ne justifie les prétentions européennes. On n’entrera pas ici dans un débat qui, à chaque fois, requiert les compétences de spécialistes et dont il faut souhaiter qu’il soit tenu – en fait, il a commencé de l’être sur plusieurs fronts. Le second niveau de la critique se situe ailleurs : il met en cause la nature et la fonction mêmes du récit historique que l’Occident s’est employé à produire et qu’il a réussi à imposer au reste du monde : celui de sa propre histoire et, inséparablement, celui de toutes les autres. Pourtant, la véritable différenciation de l’histoire de l’Europe et des extensions européennes est tardive : elle n’a commencé, pour l’auteur, qu’avec ce qu’il continue d’appeler la « Renaissance », elle s’est poursuivie avec la révolution scientifique du XVIIe siècle, les Lumières et la Révolution industrielle. C’est alors, et alors seulement, que l’Occident a assuré sa suprématie et sa (provisoire) mainmise sur le monde. Mais cette emprise a été redoublée et justifiée par l’invention d’un récit de la modernité triomphante, identifiée avec sa propre histoire recomposée sous les espèces de la nécessité. »

Jacques Revel, « Le récit du monde ». À propos de Jack Goody, Le Vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, traduit de l’anglais par Fabienne Durand-Bogaert. Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2010, 488 p. (édition originale : The Theft of History, Cambridge, Cambridge University Press, 2006). Site : La vie des idées.

3/ L’histoire globale : critiques, limites et débats.

 

La démarche « globale » en question.

Un nouveau « grand récit » ?

-> Malgré mises en garde, ne courre-t-on pas le risque du retour des grandes fresques, un nouveau récit universel, explicatif, d’ensemble ? Une nouvelle « grande synthèse » (cf les Histoires universelles d’antan), certes moins européocentrées mais avec le risque d’un récit toujours téléologique ? Avec une forte propension à la généralisation, au survol et au saupoudrage, qui tend à lisser bien des perspectives et à en privilégier certaines autres ? Qui risquerait de considérer des identités et des entités (civiles, religieuses …) comme à la fois homogènes et immuables …

-> Un nouveau « grand récit », qui serait cette fois celui de l’inéluctable (et souhaitable) mondialisation économique, depuis le néolithique, comme aboutissement de l’histoire du monde ? Et donc tout de même très « west-oriented » ou états-unien, à l’inverse de la perspective anti-ethnocentrique qu’il revendique, l’Occident restant au centre. Des approches bien peu critiques en général sur le phénomène contemporain de « globalization » (pro néo-libéralisme économique, selon Chloé Maurel, « La World/Global History », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 4/2009 (n° 104), p. 153-166.) qu’il accompagne, avec propension à faire prévaloir le modèle de gestion manageriale privée et dérégulée sur celui du gouvernement public ? Au service de certains intérêts socio-économiques américains (C. Maurel) ?

-> Ou écueil inverse : le morcellement des études et des approches. Sous l’étiquette « global » on trouve parfois seulement une juxtaposition d’études de cas dispersés, une accumulation d’histoires séparées, étalées sur la longe durée et dans l’espace, mais sans grande cohérence…

• Les critiques de la notion de mondialisation : F. Cooper.

« Je ne m’élève pas contre la thèse que le présent diffère du passé, mais je me demande si c’est par son caractère global. Il faut certes étudier de près les révolutions dans la communication, les mouvements de capitaux et les appareils régulateurs, ainsi que les relations de ces phénomènes entre eux, qu’elles les renforcent mutuellement ou les entravent. Mais pour cela il faut un appareil théorique plus affiné et un discours moins trompeur que ceux que produit la mondialisation (dans les trois variétés exposées au début). J’ai soutenu cette thèse en observant, tant dans le passé qu’aujourd’hui, la multiplicité des mécanismes de connexion transterritoriaux, ce qui me conduit à affirmer que le suffixe « isation » de notre concept est fallacieux ».

Cooper Frederick, « Le concept de mondialisation sert-il à quelque chose ? », Critique internationale 1/ 2001 (no 10), p. 101-124.

La tension entre les différentes approches…

L’histoire globale relève de perspectives plurielles, certaines en tension, difficilement conciliables : Est-elle une histoire sociale, culturelle, politique, des élites, d’une plus large fraction de la population, des structures avec les approches plutôt macro-économiques (trends, facteurs) ou une  approche d’histoire culturelle (les contacts, les circulations immatérielles). Risque de s’éloigner des acteurs en action (c’est un reproche fait à l’histoire globale notamment par les tenants de l’histoire connectée)… Il faut conclure à la grande diversité des « histoires globales »…

• La question de la faisabilité (sources, langues, amplitude géographique et/ou chronologique)

Problème des sources (multilinguisme impossible ?) : comment un historien peut-il s’y prendre pour « faire » de l’histoire globale ou connectée selon les critères scientifiques et méthodologiques habituels : dépouillement de sources primaires, maîtrise de la langue des sources, connaissance approfondie du contexte du phénomène étudié… quand celui-ci s’étale dans l’espace et dans le temps (Cf. J. Burbank & F. Cooper). Il doit s’en remettre aux travaux des autres sur le phénomène étudié dans d’autres espaces, et encore seulement quand les travaux sont écrits dans une langue qu’il peut lire !

• La France à la traîne ?

R. Chartier explique en partie le déclin général de l’historiographie  française à l’échelle mondiale par sa non-implication dans les débats sur l’histoire globale. Mais la situation change, comme en témoignent l’intérêt pour l’histoire globale et surtout en France l’histoire connectée peut se mesurer aux différents dossiers de revue qui y sont consacrés (RHMC, Annales, Le Débat…) et le succès scientifique du livre de Romain Bertrand, L’histoire à parts égales. Par sa volonté de se revendiquer de la tradition de l’histoire sociale, l’histoire connectée en France semble peu à peu trouver sa place dans l’historiographie française.

-> l’analyse de la situation professionnelle et surtout celle de la mise en œuvre du manuel à propos des « Grandes Découvertes » confirmeraient certaines difficultés à traduire les renouvellements historiographiques redevables aux courants de l’histoire globale dans le domaine de l’histoire enseignée.

Conclusion :

Le changement d’échelle historiographique comme la volonté de s’affranchir des points de vue ethno-centrés défendues par les différents courants de l’histoire globale permettent de faire apparaître des phénomènes d’interrelation, de connexions, auparavant insoupçonnés, ces propositions ont donc un pouvoir explicatif, heuristique indéniable.

Mais « histoire globale » reste plus une étiquette qu’un projet historiographique ayant une unité véritable, la diversité des travaux pas toujours compatibles entre eux que cette étiquette recouvre reste la règle. En outre la volonté de certains de ces courants de faire de l’histoire globale l’histoire de notre époque nécessairement  « mondialisée » ajoute encore à l’indétermination de l’expression « histoire globale ».

Au sein de cette galaxie de l’histoire globale cependant, l’histoire connectée semble au contraire – en France du moins – un projet beaucoup plus défini et susceptible à terme d’impulser de nouvelles dynamiques à l’histoire sociale et de renouveler les mises en œuvre pédagogiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *