Une expérience critique entre histoire et théâtre : Ça ira (1) Fin de Louis

Avec la pièce Ça ira (1). Fin de Louis de Joël Pommerat qui est jouée actuellement au Théâtre des Amandiers de Nanterre et qui entend retrouver les possibles du politique du moment des débuts de la Révolution française, nous nous retrouvons tous, et pas seulement les historiens, dans le bain de notre conjoncture historiographique, avec notamment la thématique, de nouveau très interrogée, des rapports entre histoire et production artistique, ici théâtrale. Cette thématique, parce qu’elle est fortement travaillée par la question de la représentation du passé et de l’écriture de l’histoire dans l’espace public, est également un défi, celui d’écrire l’histoire « au présent » pour la transmettre et ce défi s’adresse autant à l’historien qu’à l’écrivain et au metteur en scène. Joël Pommerat revendique ainsi pleinement le statut de fiction pour son travail, mais, comme il l’écrit, il s’agit d’une une « fiction vraie » qui vise, précisément, à « représenter le passé au présent », à « mettre le spectateur dans le temps présent de l’événement passé », ici la Révolution française à ses débuts.

Pour discuter des enjeux de ces thématiques à partir de cette pièce, nous accueillerons pour en débattre des comédiens de la troupe, la dramaturge Marion Boudier et Guillaume Mazeau qui a travaillé « en historien » de la Révolution française avec Joël Pommerat et toute la troupe.

Nous sommes persuadés que ces échanges peuvent nous éclairer sur ce que la production théâtrale fait à l’histoire et réciproquement. Cette expérience critique entre histoire et théâtre entrecroise en effet une dimension cognitive, une dimension esthétique et une dimension civique. C’est bien sûr cet entrecroisement qui nous intéresse au premier chef. Pour l’histoire qui est devenue une « forme fatiguée de savoir » comme le soutient Patrick Boucheron dans un récent article du Monde, cette expérience constitue peut-être une des manières de « défatiguer » le savoir historique, en ayant notamment recours aux ressources de l’émotion et de la fiction. Ce serait peut-être une manière de sortir par le haut de ce qui apparaît à beaucoup comme un malaise dans la transmission de l’histoire.

 

Le débat aura lieu mardi 15 décembre à partir de 15 h à l’Institut d’histoire du temps présent (59/61 rue Pouchet, 75017. Métro : Brochant ou Guy Moquet).

Merci de confirmer votre présence à : histoireetespacepublic@gmail.com

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *