Archives par mot-clé : mémoire

Publication de Philippe Joutard, « Histoire et mémoires, conflits et alliances »

couverture Ph Joutard, Histoire et mémoire« Aujourd’hui, il est partout question de commémoration, de devoir ou d’abus de mémoire. Rapport personnel, affectif au passé, la mémoire semble avoir tout envahi. Culturelle, historique, religieuse, artistique, elle peut se montrer exclusive et intolérante, nuire au vivre-ensemble. Mais elle est aussi capable de susciter la résistance à l’oppression, de sauver une culture, une minorité, d’assurer la cohésion d’un groupe, d’une société, d’une nation. Autre rapport au passé, à vocation universelle cette fois, l’histoire se tient à distance. Fruit de la rationalité, elle cherche modestement et obstinément une parcelle de vérité.
Tout semble donc opposer histoire et mémoires ; les conflits se sont d’ailleurs multipliés, surtout en France. Le pari de l’auteur est pourtant d’en affirmer l’indispensable alliance et d’en proposer les conditions. Les mémoires ont déjà transformé les livres d’histoire, offrant à l’événement et à la biographie une nouvelle jeunesse. Ainsi l’histoire orale a-t-elle donné à comprendre, de l’intérieur, les invisibles, restés à l’écart de l’écriture. Les mémoires obligent les historiens à questionner leur métier, leur fournissent de nouveaux objets d’étude et la possibilité de saisir une réalité jusque-là inaccessible. En contrepartie, l’histoire demeure le seul moyen d’apaiser les mémoires blessées, de permettre aux mémoires concurrentes de cohabiter. La meilleure manière de vaincre l’oubli et de se prémunir des excès mémoriels. »

source : éditions La Découverte

 

Publication de « Paul Ricoeur : penser la mémoire » le 14 février 2013

couverture du livre Paul Ricoeur penser la mémoire

 » Paul Ricœur aurait aujourd’hui cent ans. Son œuvre, riche et diversifiée, s’avère particulièrement féconde pour penser notre temps. On le constate en particulier à propos de la mémoire historique, qui a été au centre de ses derniers travaux. Son maître-ouvrage publié en 2000, La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli, était une réflexion capitale sur les nécessaires distinctions entre l’histoire et la mémoire, entre l’oubli et le pardon. Même s’il est logique qu’elle fasse débat, on peut s’étonner qu’elle soit encore si peu exploitée pour dépasser des conflits intellectuels où s’opposent souvent des positions absolues.

Dans un contexte de tension croissante entre histoire et mémoire, nous avons voulu revisiter les thèses de La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli, en commençant par les réflexions directement liées aux questions mémorielles. Elles ont créé parfois la surprise, voire l’accusation d’abandonner le « devoir de mémoire ». Mais au-delà de procès d’intention reposant parfois sur des malentendus, elles ont aussi suscité des appropriations remarquables. Et dans ces controverses, Ricœur rappelle très justement la fonction permanente de l’agir, de la dette éthique de l’histoire vis-à-vis du passé.

En revisitant en 2013 son apport décisif à la réflexion sur l’histoire prise entre la mémoire et l’oubli, cet ouvrage a l’ambition d’œuvrer en faveur d’une histoire au second degré, parvenue en son âge réflexif.

Avec François Dosse, historien, professeur des universités à Paris 12, et Catherine Goldenstein, conservateur des archives du Fonds Ricœur, quinze spécialistes ont contribué à cet ouvrage. » (source : http://www.seuil.com/livre-9782021076684.htm )