Colloque international « Histinéraires »

Le colloque international Histinéraires. « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte » aura lieu le jeudi 13 et le vendredi 14 juin 2019 à l’Institut d’histoire du temps présent (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris).

Ce colloque rend compte du travail d’analyse collectif conduit dans le cadre du programme ANR Histinéraires sur les Mémoires de synthèse des activités historiques. Exercice académique qui a beaucoup évolué depuis l’institution de l’Habilitation à diriger des recherches en 1988, ces Mémoires de synthèse sont aussi une source pour mieux connaître la communauté historienne contemporaine et ses pratiques.

Le colloque est ouvert à toutes et tous. Entrée gratuite sur inscription : par mail à histineraires[at]gmail.com

PRÉSENTATION

Le programme ANR Histinéraires « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », s’est fixé pour objectif d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à aujourd’hui. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue en effet un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens. Il prend acte de la valorisation de la réflexivité au sein de la communauté historienne et s’appuie sur les apports de la sociologie et de l’histoire des sciences.

À partir de ce corpus rassemblé au terme d’appels répétés — la collecte est toujours ouverte, nous avons, en premier lieu, tâché de dresser un portrait collectif de la recherche contemporaine en histoire en analysant les itinéraires institutionnels et intellectuels des chercheurs concernés.

En second lieu l’enquête s’est intéressée à la façon dont les historiens ont interprété l’exercice de « synthèse des activités scientifiques » certains optant pour un CV étoffé tandis que d’autres y analysent, de façon plus ou moins soutenue, le rapport personnel qu’ils entretiennent à l’histoire qu’ils produisent — intégrant, ou non, la problématique auto-réflexive impulsée par les Essais d’ego-histoire rédigés et rassemblés à l’initiative de Pierre Nora.

L’enquête a ainsi permis de dégager l’évolution d’un genre à l’origine peu défini et qui demeure objet d’interprétations très différentes.

Enfin l’étude de ce corpus a été complétée et éclairée par des entretiens oraux semi-directifs auprès de chercheuses et de chercheurs ayant soutenu leur habilitation et de garants d’HDR. Ces entretiens, sortes de « retours sur expérience », portent tant sur la négociation de la norme que sur l’interprétation de l’exercice introduit par l’arrêté du 5 avril 1988 relatif à l’Habilitation à diriger des recherches.

Ce colloque international est une première étape de l‘exploitation menée par un collectif d’une trentaine de chercheuses et de chercheurs réunis dans le cadre de ce programme de recherche.

PROGRAMME

Jeudi 13 juin – matin : État des lieux : un objet et un milieu professionnel

9h15 : Introduction – Christian Delage (directeur de l’IHTP)

9h30-11h30

  • Les Mémoires de synthèse des activités scientifiques : anatomie d’un exercice et d’une enquête – Patrick Garcia (IHTP/AGORA-Université Cergy-Pontoise) et Bertrand Müller (CMH)
  • Sociographie du métier d’historien·ne – Vincent Heimendinger (IDHES/ENS Paris Saclay) et Bernard Lachaise (CEMMC/Université Bordeaux Montaigne)
  • Discussion

11h45-12h30 : Contrepoint

  • Les autobiographies historiennes allemandes de l’entre-deux-guerres – Peter Schöttler (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin)

Jeudi 13 juin – après-midi : Positionnements historiographiques et épistémologiques

14h30-16h30

  • Sources et méthodes : une nouvelle configuration de légitimation ? – Jean-Marie Baldner (historien) et Caroline Galland (LARHRA, UMR 5190)
  • Notions et concepts – Bénédicte Girault (DYPAC/Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) et François Quint (professeur d’histoire géographie)
  • Les MSAS, agencement d’un parcours intellectuel et positionnement historiographique de l’historien – Jean-François Bonhoure (CHS/Université Paris 1) et Romain Grandinetti (AGORA-Université Cergy-Pontoise)
  • La place des débats dans la construction des identités professionnelles – Christian Delacroix (IHTP/Université Paris-Marne-La-Vallée)
  • Discussion

16h45-17h30 : Contrepoint

  • Histinéraires : Les itinéraires des chercheurs israéliens – Avner Ben-Amos (Université de Tel-Aviv)

Vendredi 14 juin – matin : Écritures et récits de soi : s’écrire, se dire

9h00-10h30

  • Dits et non-dits : une expérience sensible du métier – Christophe Araujo (AGORA-Université Cergy-Pontoise), Agnès Delage (Telemme/Aix-Marseille Université), Isabelle Lacoue-Labarthe (LaSSP/Sciences Po Toulouse)
  • Historien·ne·s dans la cité : récit de soi et engagements dans l’écriture du MSAS – Thomas Baillergeon (AGORA-Université Cergy-Pontoise)
  • Les moments marquants – François Dosse (IHTP/Université Paris-Est-Créteil)
  • Discussion

10h45-11h45

  • Se dire : l’enquête orale – Véronique Ginouvès (Phonothèque/MMSH) et Anne-Marie Granet-Abisset (Larhra/Université de Grenoble)

11h45-12h30 : Contrepoint

  • L’écriture de soi des sociologues – Jean-Philippe Bouilloud (ESCP, LCSP/Université Paris Diderot)

Vendredi 14 juin – après-midi : Ouvertures

14h00-15h15 : Contrepoints

  • Les historiens et les historiennes au Québec – Patrick-Michel Noël (University of Saint-Boniface, Québec) et Van Troi Tran (Celat/Université de Laval, Québec)
  • L’égo-géographie ou la géographie du je – Yann Calbérac (EA 2076 Habiter, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Discussion

15h15-16h45

  • Quel statut pour l’HDR ? – Table ronde modérée par Bertrand Müller (CMH), avec :
    • Alexandre Fernandez (P.U. d’histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne),
    • Elisabeth Lalou (P.U. d’histoire médiévale, Université de Rouen),
    • Frédéric Lebaron (P.U. de sociologie, ENS Paris-Saclay) [sous réserve]
    • Sophie de Ruffray (P.U. de géographie, Université de Rouen),
    • François-Joseph Ruggiu (P.U. d’histoire moderne, directeur INSHS),
    • Jean-François Sirinelli (P.U. émérite d’histoire contemporaine, Sciences Po Paris)

17h00-17h30 : Lecture d’un colloque – Jeremy D. Popkin (University of Kentucky)

17h30 : Conclusion du colloque – Patrick Garcia (IHTP/AGORA-Université Cergy-Pontoise)

Programme du séminaire « L’écriture de soi des historiens » 2016-2017

Christian Delacroix (IHTP- CNRS)
François Dosse (Université de Paris-Est- Créteil-Val-de Marne)
Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, AGORA – IHTP- CNRS)

Les séances ont lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet, 75 017 Paris de 9h à 13 h et de 14h à 17h.

• Vendredi 9 septembre et vendredi 23 septembre (9h 30 – 17h) :
– Prise en mains de l’outil

• Vendredi 14 octobre
– Retours des expériences de lecture

• Vendredi 27 janvier (9h30-17h) (Christian Delacroix et Bertrand Müller)
– Matin, Première approche sociographique du corpus.
– Après-midi, questions théoriques autour de la prosopographie.

• Vendredi 3 mars (9h30-17h) (Isabelle Lacoue-Labarthe)
– Matin, premiers enseignements de l’approche historiographique et épistémologique.
– Après-midi, questions théoriques liées au croisement entre positionnement historiographique et épistémologique et écriture de soi

• Vendredi 28 avril (9h30-17h) (François Dosse)
– Matin, premiers enseignements concernant l’écriture de soi.
– Après-midi, Y a-t-il un espace autobiographique ?

• Vendredi 2 juin (9h30-17h)
– Matin, bilan des entretiens oraux.
– Après-midi questions posées par les croisement de ces données et des interventions au séminaire avec les données recueillies à la lecture des MSAS – autour de l’histoire orale et de la pratique des entretiens).

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

Nous publions ici un texte en réaction à des propos tenus par Marion Maréchal-Le Pen relatés par Le Figaro du 2 décembre, propos qu’elle a repris de manière tronquée à Marc Bloch.

Nous avons proposé un texte correctif mais aussi réactif par rapport aux usages abusifs et malveillant qui sont fait de la pensée de Marc Bloch.

Ce texte signé par une douzaine de collègues spécialiste d’historiographie ou d’histoire allemande a été envoyé aux rédactions du Figaro, du Monde et de Mediapart mais n’a été ni acquitté ni publié alors même que la presse allemande s’en est fait l’écho à la une du Feuilleton de la FAZ sous le titre : « Die Le Pens nehmen die Kultur in die Zange », auquel nous renvoyons ici.

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

À propos d’une nouvelle référence abusive au grand historien mort pour la France en 1944.

 

Le candidat Nicolas Sarkozy s’y était essayé, Jean-Marie Le Pen également s’était approprié les propos de Marc Bloch. Voici que Marion Maréchal-Le Pen à son tour puise dans le même seau pour faire frémir le sentiment patriotique de ses propos chauvins et islamophobes : « Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français !» (Le Figaro, 2 décembre 2015).

Le processus est rôdé, la citation à chaque fois reprise, tronquée, coupée de son contexte. La voici en entier : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. » (L’Étrange défaite, Gallimard-Folio, p. 198). Resituée dans le texte de Marc Bloch, cette phrase magnifique est irrécupérable par les réactionnaires de tous bords, car elle figure dans un passage qui fait explicitement référence au mouvement populaire de 1936 et dans lequel Marc Bloch rappelle que dans « le Front populaire – le vrai, celui des foules, non des politiciens – il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champs de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790 ».

Marc Bloch n’a pas inventé cet aphorisme en 1940, il l’avait à l’esprit depuis longtemps et l’avait consigné, presque mot pour mot, dans un carnet en 1917. Alors il y avait porté ce titre sans équivoque : « Sur l’histoire de France et pourquoi je ne suis pas conservateur ».

Assurément la pensée de M. Bloch n’est pas réductible à un repli identitaire, elle n’est pas soluble dans la pensée nationaliste et islamophobe du Front national. Elle en est même l’antidote !

Les historiens Maurice Aymard, Johann Chapoutot, Christian Delacroix, François Dosse, Olivier Dumoulin, Etienne François, Patrick Garcia, Christian Ingrao, Sandrine Kott, Massimo Mastrogregori, Bertrand Müller, Nicolas Offenstadt, Henry Rousso, Thomas Serrier, Peter Schöttler, François-Olivier Touati, Michael Werner

 

 

CRHEH