Programme du séminaire « L’écriture de soi des historiens » 2016-2017

Christian Delacroix (IHTP- CNRS)
François Dosse (Université de Paris-Est- Créteil-Val-de Marne)
Patrick Garcia (Université de Cergy-Pontoise, AGORA – IHTP- CNRS)

Les séances ont lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet, 75 017 Paris de 9h à 13 h et de 14h à 17h.

• Vendredi 9 septembre et vendredi 23 septembre (9h 30 – 17h) :
– Prise en mains de l’outil

• Vendredi 14 octobre
– Retours des expériences de lecture

• Vendredi 27 janvier (9h30-17h) (Christian Delacroix et Bertrand Müller)
– Matin, Première approche sociographique du corpus.
– Après-midi, questions théoriques autour de la prosopographie.

• Vendredi 3 mars (9h30-17h) (Isabelle Lacoue-Labarthe)
– Matin, premiers enseignements de l’approche historiographique et épistémologique.
– Après-midi, questions théoriques liées au croisement entre positionnement historiographique et épistémologique et écriture de soi

• Vendredi 28 avril (9h30-17h) (François Dosse)
– Matin, premiers enseignements concernant l’écriture de soi.
– Après-midi, Y a-t-il un espace autobiographique ?

• Vendredi 2 juin (9h30-17h)
– Matin, bilan des entretiens oraux.
– Après-midi questions posées par les croisement de ces données et des interventions au séminaire avec les données recueillies à la lecture des MSAS – autour de l’histoire orale et de la pratique des entretiens).

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

Nous publions ici un texte en réaction à des propos tenus par Marion Maréchal-Le Pen relatés par Le Figaro du 2 décembre, propos qu’elle a repris de manière tronquée à Marc Bloch.

Nous avons proposé un texte correctif mais aussi réactif par rapport aux usages abusifs et malveillant qui sont fait de la pensée de Marc Bloch.

Ce texte signé par une douzaine de collègues spécialiste d’historiographie ou d’histoire allemande a été envoyé aux rédactions du Figaro, du Monde et de Mediapart mais n’a été ni acquitté ni publié alors même que la presse allemande s’en est fait l’écho à la une du Feuilleton de la FAZ sous le titre : « Die Le Pens nehmen die Kultur in die Zange », auquel nous renvoyons ici.

Marc Bloch est-il soluble dans le Front National ?

À propos d’une nouvelle référence abusive au grand historien mort pour la France en 1944.

 

Le candidat Nicolas Sarkozy s’y était essayé, Jean-Marie Le Pen également s’était approprié les propos de Marc Bloch. Voici que Marion Maréchal-Le Pen à son tour puise dans le même seau pour faire frémir le sentiment patriotique de ses propos chauvins et islamophobes : « Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français !» (Le Figaro, 2 décembre 2015).

Le processus est rôdé, la citation à chaque fois reprise, tronquée, coupée de son contexte. La voici en entier : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. » (L’Étrange défaite, Gallimard-Folio, p. 198). Resituée dans le texte de Marc Bloch, cette phrase magnifique est irrécupérable par les réactionnaires de tous bords, car elle figure dans un passage qui fait explicitement référence au mouvement populaire de 1936 et dans lequel Marc Bloch rappelle que dans « le Front populaire – le vrai, celui des foules, non des politiciens – il revivait quelque chose de l’atmosphère du Champs de Mars, au grand soleil du 14 juillet 1790 ».

Marc Bloch n’a pas inventé cet aphorisme en 1940, il l’avait à l’esprit depuis longtemps et l’avait consigné, presque mot pour mot, dans un carnet en 1917. Alors il y avait porté ce titre sans équivoque : « Sur l’histoire de France et pourquoi je ne suis pas conservateur ».

Assurément la pensée de M. Bloch n’est pas réductible à un repli identitaire, elle n’est pas soluble dans la pensée nationaliste et islamophobe du Front national. Elle en est même l’antidote !

Les historiens Maurice Aymard, Johann Chapoutot, Christian Delacroix, François Dosse, Olivier Dumoulin, Etienne François, Patrick Garcia, Christian Ingrao, Sandrine Kott, Massimo Mastrogregori, Bertrand Müller, Nicolas Offenstadt, Henry Rousso, Thomas Serrier, Peter Schöttler, François-Olivier Touati, Michael Werner

 

 

Une expérience critique entre histoire et théâtre : Ça ira (1) Fin de Louis

Avec la pièce Ça ira (1). Fin de Louis de Joël Pommerat qui est jouée actuellement au Théâtre des Amandiers de Nanterre et qui entend retrouver les possibles du politique du moment des débuts de la Révolution française, nous nous retrouvons tous, et pas seulement les historiens, dans le bain de notre conjoncture historiographique, avec notamment la thématique, de nouveau très interrogée, des rapports entre histoire et production artistique, ici théâtrale. Cette thématique, parce qu’elle est fortement travaillée par la question de la représentation du passé et de l’écriture de l’histoire dans l’espace public, est également un défi, celui d’écrire l’histoire « au présent » pour la transmettre et ce défi s’adresse autant à l’historien qu’à l’écrivain et au metteur en scène. Joël Pommerat revendique ainsi pleinement le statut de fiction pour son travail, mais, comme il l’écrit, il s’agit d’une une « fiction vraie » qui vise, précisément, à « représenter le passé au présent », à « mettre le spectateur dans le temps présent de l’événement passé », ici la Révolution française à ses débuts.

Pour discuter des enjeux de ces thématiques à partir de cette pièce, nous accueillerons pour en débattre des comédiens de la troupe, la dramaturge Marion Boudier et Guillaume Mazeau qui a travaillé « en historien » de la Révolution française avec Joël Pommerat et toute la troupe.

Nous sommes persuadés que ces échanges peuvent nous éclairer sur ce que la production théâtrale fait à l’histoire et réciproquement. Cette expérience critique entre histoire et théâtre entrecroise en effet une dimension cognitive, une dimension esthétique et une dimension civique. C’est bien sûr cet entrecroisement qui nous intéresse au premier chef. Pour l’histoire qui est devenue une « forme fatiguée de savoir » comme le soutient Patrick Boucheron dans un récent article du Monde, cette expérience constitue peut-être une des manières de « défatiguer » le savoir historique, en ayant notamment recours aux ressources de l’émotion et de la fiction. Ce serait peut-être une manière de sortir par le haut de ce qui apparaît à beaucoup comme un malaise dans la transmission de l’histoire.

 

Le débat aura lieu mardi 15 décembre à partir de 15 h à l’Institut d’histoire du temps présent (59/61 rue Pouchet, 75017. Métro : Brochant ou Guy Moquet).

Merci de confirmer votre présence à : histoireetespacepublic@gmail.com

 

CRHEH