Histinéraires, La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte

Le programme Histinéraires, développé dans le cadre des projets blancs de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et porté par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP – CNRS), Telemme (UMR 7303 – Aix-Marseille Université), le Larhra (UMR 5190 Lyon-Grenoble) et le centre George Chevrier (Dijon), se propose d’étudier, à partir de l’analyse des Mémoires de synthèse des activités scientifiques (MSAS) des Habilitations à diriger des recherches (HDR), les parcours intellectuels et professionnels des historiens français ayant soutenu une habilitation et la façon dont ceux-ci les retracent.

Ce programme comporte plusieurs questionnements pris en charge par différentes équipes dont l’une des caractéristiques sera de rester ouvertes à tout collègue désirant s’investir sur un axe de questionnement.

Ce texte se propose d’expliciter le questionnement et le fonctionnement de ce programme de recherche.

 

Une source :

 

Depuis les années 1980 l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire ont connu un développement notable qui contraste avec la relative marginalité dans laquelle ces deux domaines étaient tenus jusque-là. Cette montée en puissance des questionnements historiographiques et épistémologiques est intimement liée à la conjoncture historiographique nouvelle qui naît des critiques, remises en cause et recompositions des démarches accordant une place prépondérante à l’explication économique et sociale dominantes dans l’historiographie française à partir de 1945 – conjoncture que certains ont qualifiée de « crise de l’histoire sociale » et qui a été thématisée en France à travers les expressions de « temps des doutes », ou « temps des incertitudes » (Roger Chartier) voire de « crise de l’histoire » (Gérard Noiriel) et qui a amené les historiens à interroger à nouveaux frais ce que « faire de l’histoire » (Michel de Certeau) veut dire, conduisant à ce qu’on a pu interpréter comme un « tournant réflexif » de la discipline.

 

L’institution en 1988 de l’habilitation à diriger des recherches (HDR), qui remplace la thèse d’État pour accéder au corps des professeur des Universités, est relativement indépendante de cette conjoncture. Il s’agit d’abord d’en finir avec la thèse-chef d’œuvre conçue au tournant du XIXème siècle et jugée stérilisante pour la recherche et de définir des normes communes à l’ensemble des disciplines moins calées sur les humanités que les précédentes – soit un parcours en deux temps : thèse nouveau régime pour postuler aux emplois de maître de conférences, habilitation pour postuler à ceux de professeur des universités se substituant à la thèse de 3ème cycle suivie d’une thèse d’État.

Mais rapidement cette volonté, en histoire peut-être plus que dans d’autres disciplines, a évolué sous le double effet de la tradition disciplinaire assortie d’une volonté de réguler les flux[1] et des préoccupations historiographiques contemporaines. Ainsi le principe initial de production d’un recueil des articles publiés et d’un projet de recherche pour soutenir une habilitation s’est alourdi en histoire de la nécessité de présenter un travail inédit qui, selon les périodes, a réintroduit – certes à moindre voilure – une seconde thèse même si cette exigence n’apparaît pas explicitement dans les deux textes normatifs rédigés en 1996 puis en 1999 par les présidents des sections 21 et 22 du CNU (Conseil national des universités) chargées de la qualification des habilités.

 

« La thèse de doctorat qui constitue un des éléments du dossier qualifie le candidat aux fonctions de maître de conférences. Il est donc légitime d’attendre du futur professeur un ensemble de travaux significatifs en sus de la thèse de doctorat.

Compte tenu des fonctions qui sont celles d’un professeur des Universités, ces travaux doivent représenter de nouvelles recherches inédites attestant une continuité de l’effort de recherche depuis la soutenance de la thèse. Il est cependant légitime de considérer que cette exigence doit être modulée en fonction de l’importance de cette dernière qui apparaît parfois proche de l’ancienne thèse d’État par l’ampleur des recherches et l’intérêt des apports.

Les travaux présentés dans le dossier d’habilitation doivent avoir la double caractéristique d’être scientifiques et inédits. La publication de la thèse, celle d’articles qui l’annoncent ou en sont tirés, la rédaction d’ouvrages de vulgarisation ou de manuels, s’ils présentent un intérêt non négligeable de valorisation de la recherche ne sauraient cependant en tenir lieu.

L’audition des candidats à la qualification pour des fonctions de professeur des Universités a pour objectif non point tant de faire connaître les travaux antérieurs du candidat, sur lesquels deux rapports ont été présentés avant l’audition, mais de définir les projets de recherche qu’il pourrait développer dans ses nouvelles fonctions[2]. »

 

« La thèse de doctorat qui constitue un des éléments du dossier qualifie le candidat aux fonctions de maître de conférences. Il est donc légitime d’attendre du futur professeur un ensemble de travaux significatifs en sus de la thèse de doctorat.

Compte tenu des fonctions qui sont celles d’un professeur des universités, ces travaux doivent représenter de nouvelles recherches inédites et consistantes, attestant une continuité de l’effort de recherche depuis la soutenance de la thèse. Ces travaux complémentaires exigent un délai minimum après la thèse pour la préparation d’une habilitation. Il est cependant légitime de considérer que cette exigence doit être modulée en fonction de l’importance de cette dernière qui apparaît parfois proche de l’ancienne thèse d’État par l’ampleur des recherches et l’intérêt des apports[3]. »

 

Comme on le voit à la lecture de ces lignes dont l’objectif semble, en premier lieu, de permettre une régulation et une uniformisation des HDR en luttant contre une éventuelle multiplication d’HDR insuffisamment nourries et une trop forte disparité des exigences des différentes universités en écho aux craintes exprimées par Antoine Prost ou Jean-Jacques Becker, la définition du Mémoire de synthèse des activités scientifiques n’est même pas abordée. Au reste, Serge Berstein invité le 15 novembre 2013 au séminaire que nous tenons depuis 2012-2013 à l’IHTP[4] a affiché sa profonde répugnance à l’idée qu’un historien puisse se raconter, voire utiliser le « je ». Ce Mémoire est pourtant mentionné, mais sans grande précision, dans l’article 4 de l’arrêté de 1988 :

 

« Le dossier de candidature comprend soit un ou plusieurs ouvrages publiés ou dactylographiés, soit un dossier de travaux, accompagnés d’une synthèse de l’activité scientifique du candidat permettant de faire apparaître son expérience dans l’animation d’une recherche[5]. »

 

Entre les deux alternatives envisagées dans l’arrêté, les historiens après un temps d’hésitation ont finalement choisi de cumuler les deux…

Et le Mémoire de synthèse qui, selon nombre de témoignages, n’a pas été exigé de façon systématique par le jury jusqu’en 2000 a progressivement pris la forme d’un récit du parcours intellectuel et professionnel du candidat – en vérité peu souvent pris en compte lors de la soutenance. Son contenu est cependant désormais mieux défini dans les attentes exposées par les universités elles-mêmes à l’exemple celle de Paris 1 :

 

« Le rapport de synthèse […] doit faire apparaître les étapes de votre réflexion, votre activité scientifique, votre expérience dans la recherche et dans l’animation de la recherche et vos projets à venir. Ce rapport de 50 à 100 pages, porte obligatoirement un titre qui sera ultérieurement enregistré au fichier des thèses[6]. »

 

À aucun moment le terme d’ego-histoire n’apparaît donc dans la littérature officielle. Pourtant, c’est bien à ce modèle promu par Pierre Nora dès 1987[7] (voire quelques années plus tôt si on prend en compte les premiers articles publiés dans Le Débat[8]) que se réfèrent rapidement les historiens préparant leur habilitation soit pour le refuser soit pour l’accepter. Et c’est comme « ego-histoire » que le Mémoire se trouve très souvent désigné dans les échanges interpersonnels entre collègues préparant leur habilitation. Ainsi cette littérature grise longtemps mal et peu recensée – quand elle était conservée – semble avoir changé de statut puisque certains sont maintenant mis en ligne, voire publiés[9].

Le premier intérêt de l’enquête Histinéraires est donc de faire l’histoire de la genèse de cette exigence institutionnelle et de son interprétation par la communauté historienne qui semble se distinguer de celle d’autres disciplines même si en sciences humaines des évolutions analogues sont parfois décelables, par exemple, en lettres[10] ou en géographie avec la diffusion du terme d’« egogéographie »[11].

 

Mais cet intérêt institutionnel – voire patrimonial si on prend en compte le recensement, la collecte et la conservation de ces documents – n’épuise pas, loin s’en faut, l’intérêt de ce corpus.

 

Faire l’histoire des pratiques historiennes contemporaines

 

En effet, la plupart du temps les travaux historiographiques ont reposé sur l’étude des articles d’analyse de conjoncture produits par les chefs de file ou sur celle de la production ou des archives de quelques grands historiens et retenus en tant que tels par l’histoire de la discipline.

Ce corpus, une fois rassemblé, ouvre une autre possibilité : analyser « la fabrique de l’histoire » telle que ses acteurs la racontent. Au-delà même des sollicitations du contexte historiographique, il s’agit de faire l’histoire de la science historique autrement, en s’inspirant des travaux récents de l’histoire, de la sociologie et de l’anthropologie des sciences, en prenant, comme l’y invitait Bernard Lepetit ces acteurs spécifiques que sont les historiens « au sérieux[12] ». En d’autres termes, il s’agit bien d’envisager l’écriture de l’histoire comme une pratique sociale, certes régie par ses normes propres, mais susceptible d’être étudiée comme une autre activité sociale. À rebours de la tendance ancienne des historiens à s’exclure du champ d’étude, il s’agit au contraire de les y inclure. À partir de là, plusieurs axes de questionnement sont possibles.

 

Le premier est de tenter une sociographie du métier d’historien en étudiant les parcours institutionnels des historiens ayant habilité – voire leur inscription sociale quand les documents réunis (Mémoires, CV, entretiens…) le permettent.

En second lieu, ces Mémoires en disent long sur les réseaux intellectuels et institutionnels, les ressources théoriques mises ou non en avant, les rattachements historiographiques, l’inscription dans une tradition ou la revendication d’une rupture, les attaches avec l’historiographie internationale…

En troisième lieu, pour se limiter ici à trois grands axes, ils permettent aussi, pour certains d’entre eux, d’étudier l’écriture de soi des historiens, la façon même dont ceux-ci se racontent et composent avec l’exercice tel qu’ils le redéfinissent. Que dit, par exemple, un historien quand il parle de soi dans ce type de texte ? Évoque-t-il ses maîtres ? sa famille ? sa scolarité ? Comment fait-il récit de ce qui l’a conduit à faire de l’histoire ? Comment compose-t-il son récit pour ne pas céder à l’illusion rétrospective ?… Jusqu’à une étude des paratextes et ainsi des affinités exposées (avec la philosophie, la littérature…)

 

Naturellement il ne s’agit pas d’être naïf devant cette littérature pas plus que nous ne le sommes lorsque nous étudions les pratiques sociales d’autres groupes d’individus à quelque époque qu’elles aient eu lieu. Toute mise en récit force et donne de la cohérence à ce qui est advenu, transformant parfois le hasard en destin, à tout le moins durcissant le réel. En outre, ces récits ne sont évidemment pas dépourvus ni d’enjeux ni stratégie. Il ne s’agit pas de confessions ou de paroles échappées sur le divan du psychanalyste mais de textes qui ont pour objet explicite, pour finalité, de construire et de promouvoir une carrière. Pour autant, boudrions-nous notre plaisir si ce type d’exercice avait été réalisés par les historiens des XIXème et XXème siècles ?

Rassemblés, étudiés en série, questionnés de façons diverses, à la fois quantitative et qualitative, ces Mémoires ont beaucoup à nous apprendre y compris, comme toute documentation, par leurs silences ou par les refus de les communiquer[13].

 

Internationaliser

 

Les Mémoires de synthèse des activités scientifiques sont une spécificité française liée au mode de recrutement des professeurs des universités dans ce pays tel qu’il se déroule depuis vingt-cinq ans. Mieux connaître qui sont les historiens contemporains, comment ils envisagent le « faire de l’histoire » en revanche ne l’est pas.

Outre les nombreux articles autobiographiques d’historiens que publient, partout dans le monde, les revues historiques, une large collecte d’entretiens peut permettre des avancées comparables à celles attendues du programme Histinéraires. L’objectif à terme serait alors de rendre possible une véritable comparaison entre les historiographies nationales qui ne se limite pas aux thématiques traitées mais prenne aussi en compte la façon dont se construit et se définit la communauté, celle dont les problématiques circulent et dont les confrontations s’organisent…

D’ores et déjà, une enquête conçue dans la dynamique du programme Histinéraires est en cours à l’Université Laval au Québec à travers la tenue d’un cycle de conférences où les historiens sont invités à présenter oralement leur parcours tandis que les textes déjà publiés retraçant les parcours professionnel et intellectuel des historiens vont être analysés[14]. D’autres initiatives du même type sont en gestation dans plusieurs autres pays. Leur multiplication seule peut permettre d’aboutir à une pesée globale.

 

Pour les chercheurs du réseau Histinéraires

 

Patrick Garcia (IHTP- CNRS)

Maryline Crivello (Telemme), Anne-Marie Granet-Abisset (Larhra), Philippe Poirrier (Centre Georges Chevrier)

[1] Voir notamment le débat qui intervient sept ans après que l’arrêté ait été adopté dans Vingtième siècle. Revue d’histoire avec les articles d’Antoine Prost et de Jean-Jacques Becker autour du devenir de la thèse d’État. Antoine Prost, « Faut-il rétablir la thèse d’État ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°47, juillet-septembre 1995, pp. 191-193 et Jean-Jacques Becker. « À propos de la thèse d’État et quelques problèmes connexes », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°49, janvier-mars 1996, pp. 158-159. Le premier, bien que favorable à l’abandon de la thèse d’État, craint un « nivellement par le bas des exigences » (p. 192) et plaide pour la création d’une agrégation du supérieur, le second bien que plus que nettement plus réticent se pose aussi la question de la régulation des habilitations.
[2] Michel Balard et Serge Berstein, « Les procédures de qualification des maîtres de conférences et professeurs des universités en histoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°53, janvier-mars 1997, pp. 147-148. Souligné par nous.
[3] Michel Balard et Serge Berstein, « Note sur les procédures de qualification des maîtres de conférences et professeurs des universités »,Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°61, janvier-mars 1999, pp. 134-135. Souligné par nous.
[4] Séminaire « Figures contemporaines de l’épistémologie de l’histoire » animé par Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia devenu à partir de l’adoption du projet Histinéraires par l’ANR le séminaire de ce programme de recherche.
[5] Article 4 de l’Arrêté du 23 novembre 1988 relatif à l’habilitation à diriger des recherches. Souligné par nous.
[6] http://www.univ-paris1.fr/recherche/habilitation-a-diriger-des-recherches/consulté le 9 décembre 2014.
[7] Pierre Nora (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.
[8] François Dosse, Pierre Nora. Homo historicus, Paris, Perrin, 2011 ; chapitre 20 « L’écriture de soi : les Essais d’ego‑histoire », p. 389‑396.
[9] Le premier texte de ce type a été publié par Régine Robin, sous le titre Le roman mémoriel : de l’histoire à l’écriture du hors lieu, (Préambule, Québec, 1989) ; la collection « Itinéraires » dirigée aux Publications de la Sorbonne par Patrick Boucheron en publie régulièrement. Indépendamment de cette collection, des historiens comme Sylvain Venayre (Disparu ! Enquête sur Sylvain Venayre, Les Belles Lettres, 2012) ont publié leur Mémoire tandis que d’autres le mettent en ligne sur HAL-archives ouvertes (https://halshs.archives-ouvertes.fr) ou sur leur site personnel.
[10] Communication de Martine Boyer au séminaire du programme Histinéraires « Les historiens et l’écriture de soi » (21 novembre 2014) à paraître sur le Carnet du groupe de recherche (http://crheh.hypotheses.org/category/histineraires)
[11] Communication de Yann Calbérac et d’Anne Volvey au séminaire programme Histinéraires « Les historiens et l’écriture de soi » (12 décembre 2014). Jacques Lévy, Egogéographie. Matériaux pour une biographie cognitive, Paris, L’Harmattan, 1995.
[12] Bernard Lepetit, « L’histoire prend‑t‑elle les acteurs au sérieux ? », EspacesTemps, « Le temps réfléchi. L’histoire au risque des historiens », n° 59/60/61, 1995, p. 112‑122.
[13] Les tapuscrits des Habitations à diriger des recherches sont déposés comme tous les travaux universitaires donnant droit à délivrance d’un grade. Toutefois les premiers textes n’ont pas été systématiquement versés le travail inédit ayant souvent été privilégié et seul conservé. En outre, pour pouvoir les reproduire, afin de les intégrer à la base de données constituée pour l’enquête, il est nécessaire de bénéficier de l’autorisation explicite et écrite de l’auteur.
[14] « Les historien(ne)s par eux-mêmes » L’évolution des conditions d’existence de l’historien(ne), de l’exercice de son métier et de sa fonction sociale au Québec des années 1960 à nos jours. Cf. le billet de Vincent Auzas, Valérie Lapointe-Gagnon, Maria Neagu, Patrick Michel Noël, Jules Racine-Saint-Jacques et Van Troi Tran, Conserveries mémorielles http://cm.revues.org/1846.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *