Thierry Aprile, un ami est parti

Thierry Aprile, compagnon du réseau « Historiographie et épistémologie de l’histoire » et ami est parti, à 52 ans, sans laisser d’adresse. Historien, enseignant à l’ex-IUFM de Créteil, plusieurs fois membre du jury du CAPES d’histoire et de géographie, auteur d’une série de livres historiques pour la jeunesse, il ne cessait d’interroger l’histoire qui se fait, celle des livres et celle du monde, celle qui s’écrit et celle qui s’enseigne. Alors réfléchir sur l’histoire n’était pas pour lui une formule abstraite, c’était je dirais plutôt une politique. Une politique ce sont des prises de position, les siennes étaient claires et fermes, comme par exemple – et prioritairement – celle en faveur de l’histoire économique et sociale, dont il dénonçait avec une vivacité teintée de colère la « disparition planifiée, revendiquée et légitimée au profit des niaiseries du ‘tout culturel’ ». Non décidément Thierry Aprile n’avait pas son clavier dans la poche !

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.07.57

Cette position de défense de l’histoire économique et sociale, je l’interprète aussi (et peut être surtout) comme une signature de fidélité à des valeurs de combat contre toutes les formes de la domination et à une sensibilité extrême vis-à-vis de sa responsabilité sociale d’historien, qu’il avait solidement chevillée à son itinéraire social et politique personnel. Au jury du CAPES, dans nos discussions sur les concours, sur la formation des enseignants, ses positions tranchaient – et pouvaient même heurter certains – mais c’était aussi sa manière de nous exprimer son « amitié critique et vigilante ». Cette amitié, qui était sans doute sa passion favorite, nous sommes nombreux à en avoir mesuré la percutante efficacité pour déstabiliser nos manières de penser et des certitudes qu’on aurait voulu laisser au chaud de notre paresseuse quiétude. Mais non, avec sa manière faussement goguenarde et son légendaire humour si déroutant, il ne voulait pas s’abandonner à ce genre de mise en repos de la critique adossée à une érudition qui savait ne pas dire son nom.

Du côté de l’enseignement et de la formation des enseignants, il n’était pas en reste de propositions, il réagissait en homme de contacts, de discussion et d’échanges avec les jeunes enseignants : gardez vous à droite (le « surdisciplinaire »), gardez vous à gauche (le « tout professionnel), à moins que ce ne soit l’inverse, fallait suivre ! Mais cette question était un des cœurs de son engagement, attentif jusqu’au bout aux méandres des politiques ministérielles bégayantes de ces derniers temps sur la question et ne se privant pas de les commenter …

Sa politique de l’histoire était aussi nourrie d’une réflexion très fine sur la question de son écriture à laquelle sa pratique d’auteur de littérature de jeunesse donnait une profondeur et une épaisseur pas si courantes ; le récit devenait ainsi quand il en parlait bien autre chose qu’un thème épistémologique ! Son investissement dans ce domaine est une autre clé pour ouvrir la porte de son expérience d’historien, une expérience d’écriture encore une fois mais aussi de transmission, le genre de chose que notre réflexion collective sur l’histoire, à coup sûr, néglige trop. Car par là Thierry renouait avec un de ces ruisseaux souterrains de la réflexivité historienne qui est celui de l’histoire pour la vie. Si l’historien est bien « un homme qui aime la vie et qui sait la regarder », alors Thierry Aprile avait ce don : aimer, regarder et distribuer de la vie. Sans compter.

 

Christian Delacroix


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.