EASP/ESD 2014 – Rappel : méthodologie de l’épreuve

Lire les notes d’orientation (cadrage) du jury pour les nouvelles épreuves du CAPES dont l’Épreuve d’analyse de situation professionnelle (ex-ESD, Épreuve sur dossier) sur le site EDUSCOL :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/(2014)/61/4/nc_capes_ext_hist_geo_2_274614.pdf

 

http://www.cndp.fr/portails-disciplinaires/fileadmin/user_upload/histoire_geo/PDF/Note_d_orientation_n__3_FINAL_FINAL.pdf

 

Les trois parties du dossier proposé au candidat pour cette épreuve sont présentées de manière uniforme quels que soient le sujet et la discipline concernés :

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle

 

Chacune des ces parties est en outre accompagnée d’un libellé qui lui est propre :

Le premier précise la situation d’enseignement considérée (Le peuple en Révolution dans l’exemple du sujet zéro)

Le deuxième rappelle la problématique qui supporte l’analyse de la situation (La question des acteurs en histoire dans l’exemple du sujet zéro)

La troisième précise le sens de la réflexion à porter sur les implications civiques possibles de la situation professionnelle (le citoyen, acteur de la vie démocratique dans l’exemple du sujet zéro).

Conseils pratiques pour traiter les sujets

Si l’on tient compte de la structure du dossier des sujets, l’on peut envisager un « plan-guide » qui, s’appuyant sur cette même structure, évite de perdre du temps (dans le cadre d’une préparation de 2H cette année) à trouver un plan original combinant (ce qui serait dans l’absolu l’idéal) toutes les facettes de la réflexion.

 

Ce plan repose sur les principes suivants :

 

1°. Il reprend les énoncés des trois parties présentées, qui forment ainsi le cadre des trois parties de l’exposé.

 

2°. Il tient compte du fait que le document central, qui doit organiser la réflexion, est bien le document n°3 qui éclaire la problématique qui constitue le deuxième énoncé du sujet.

 

3°. La première partie du plan s’organise autour du document n°2 (double page du manuel), qui permet de procéder à l’analyse de la situation professionnelle. Cette analyse s’appuie sur le document n°1 (pour replacer la situation dans le programme et montrer de quelle manière, à quel moment et selon quelle logique intellectuel elle intervient dans celui-ci), et sur le document n°3, lié à la problématique (qui permet de souligner les enjeux de la situation au regard des principes de la discipline, et permet ainsi la transition vers le II du plan).

 

4°. La deuxième partie du plan s’organise autour du document n°3, qui permet ici de replacer les enjeux soulevés à partir de l’analyse du document n°2 dans une perspective épistémologique et historiographique ou d’histoire de la discipline plus large (il ne faut pas ici hésiter à nourrir la réflexion d’exemples complémentaires illustrant cette mise en perspective, ni de se référer explicitement à la réflexion des historiens ou des géographes sur leur métier).

 

5°. La troisième et dernière partie doit permettre à la fois d’évaluer de manière critique la situation présentée, en fonction de l’éclairage épistémologique plus général apporté dans la partie II (souligner éventuellement les limites de la situation pour répondre à ces enjeux par exemple) et d’aborder la dimension civique qui découle de la problématique générale (c’est ici que l’analyse du document n°4, à la lumière à nouveau du document n°3, mais aussi en réponse à la question soulevée dans le titre de cette partie, trouve sa place). Cette dimension civique peut également occuper toute la troisième partie de l’exposé.

 

Une autre présentation de ce « plan-guide » :

Sans vouloir trop figer l’épreuve en tenant compte que le temps de préparation cette année – session 2014 – est de 2 heures, on peut retenir une sorte de plan-guide indicatif (avec sa variante) à adapter bien sûr à chaque sujet :

 

Le plan-guide :

 

I/ Présentation et analyse de la situation professionnelle (indiquée dans les docs 1 & 2 mais surtout par le/les pages du manuel) en problématisant à partir de la question épistémologique (2e partie de l’intitulé), du doc. 3 et des apports de l’historiographie s’ils sont connus. Donner un titre adapté au sujet à cette partie en fonction du sujet (ex. pour le sujet zéro : « Enseigner la place du Peuple dans la Révolution ». 

Pour cette partie I/ Analyse de la situation professionnelle proposée, il s’agit bien de croiser le doc. 2 (manuel) et le doc. 1, dans le cas du sujet zéro par ex. la situation professionnelle n’est pas « Enseigner la Révolution française au collège mais « Le peuple  dans la Révolution française » et c’est cette situation qu’il faut analyser en référence au thème épistémologique des acteurs (Le peuple acteur de la Révolution). Là aussi on peut retenir une grille de plan indicative pour cette partie I/

           1/ Analyse des problématique(s) et notions utilisées dans les programmes (doc. 1) et dans le  manuel (doc 2).

           2/ Analyse des contenus factuels (faits, événements, personnages, lieux…) et des documents de travail proposés pour l’élève, ceux éventuellement indiqués dans les programmes et ceux retenus dans le/les page(s) du manuel.

           3/ Enjeu de « méthode » central (i.e. enjeu épistémologique qui semble le plus important,  que l’on peut poser en mettant en relation l’analyse de la situation professionnelle, le doc. 3 et le thème  épistémologique du sujet). 

 

NB. Cette sous-partie 3/ peut être – selon le sujet – intégrée à la partie II/ ci-dessous. Dans ce cas faire une sous-partie 2/ du I/  sur les contenus factuels et une sous-partie 3/ sur les documents de travail proposés par les programmes et le manuel.

 

II/ Analyse élargie des enjeux scientifiques, épistémologiques, historiographiques et méthodologiques du sujet autres que ceux déjà abordés dans la première partie, à partir du doc 3 et plus largement à partir du thème historiographique/épistémologique du sujet (celui indiqué dans la deuxième partie de l’intitulé). On peut dans cette partie II utiliser des éléments d’analyse qui ne sont pas dans le document 3 et qui peuvent être puisés dans votre propre culture historiographique et épistémologique. Donner un titre adapté au sujet à cette partie en fonction du thème épistémologique du sujet.

Pour chaque sous-partie (chaque sous-partie décline un des aspects de la question épistémologique du sujet non abordé dans la partie I) proposer une brève analyse des enjeux spécifiques éventuels pour la situation professionnelle.

Dans tous les cas, tout en pouvant élargir la réflexion à d’autres situations d’enseignement,  il s’agit de démontrer que l’éclairage historiographique/épistémologique aide à mieux analyser la situation d’enseignement proposée et sa mise en œuvre.

 

III/ Enjeux civiques si possible en liaison avec le sujet et en exploitant le doc 4 (cette 3ème partie peut cependant faire l’objet d’un développement « séparé » si le lien n’est pas établi).

 

Une variante (toujours possible):

Il s’agit de traiter en I/ le II/ du premier plan, c’est à dire de traiter d’abord la question épistémologique (2e partie de l’intitulé et document 3) puis l’analyse de la situation professionnelle (documents 1 & 2). Le III/ reste identique (dimension civique avec le document 4).

 

NB. En aucun cas ces suggestions ne constituent un modèle à suivre impérativement, ces suggestions visent à aider les étudiants confrontés à un temps de préparation court de 2H cette année, mais encore une fois d’autres plans sont possibles, à partir du moment où ils permettent de croiser l’analyse de la situation d’enseignement et le thème historiographique/épistémologique.

 

 

PORTAIL DE PRÉSENTATION DU SUJET ZÉRO D’HISTOIRE

Concours du CAPES/CAFEP EXTERNE D’HISTOIRE et GÉOGRAPHIE 2014

 

 

 

ÉPREUVE D’ANALYSE DE SITUATION PROFESSIONNELLE

 histoire

 

 

 

Sujet :

Enseigner la Révolution française au collège :

la place des acteurs en histoire

 

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle : Le peuple en Révolution

 

−      Document 1   : Extrait du programme de la classe de 4e, 2008

 

−      Documents 2 A et B : C. Dalbert et D. Le Prado-Madaule, Histoire-Géographie, classe de 4e, Paris, Bordas, 2011, p. 98-99

 

 

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : La question des acteurs en histoire

 

−      Document 3 : Vovelle Michel, La Révolution française 1789-1799, Paris, A. Colin, « Cursus », 2003, p. 141-142.

 

 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : le citoyen, acteur de la vie démocratique

 

−      Document 4 : Comment un citoyen peut-il contrôler l’action des élus locaux ?

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/democratie-locale/comment-citoyen-peut-il-controler-action-elus-locaux.html

consulté le 9/9/2013


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.