EASP/ESD 2014 – Sujet : « Enseigner l’enracinement de la culture républicaine au Lycée : Histoire et politique »

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle : La culture républicaine

 

−      Document 1  : Extrait du programme d’enseignement commun d’histoire-géographie en classe de première des séries générales

 

−      Documents 2 : Double page extraite du manuel de la classe de Première,  Pascal Zachary (dir.), Hachette, 2011

 

 

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : La notion de culture politique

 

−      Document 3 : Extraits de Serge Berstein, « Culture politique » in Jean-Pierre Rioux & Jean-François Sirinelli (dir.) Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997.

 

 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : Enseigner les symboles de la République

 

−      Document 4 : Les symboles de la République française (http://www.elysee.fr/la-presidence/les-symboles-de-la-republique-francaise/)

 

 

 


Document N°1 :
Extrait du programme d’enseignement commun d’histoire-géographie en classe de première des séries générales

 

 

Thème 5 – les Français et la République (15-16 heures)

Questions

La République, trois républiques

Mise en œuvre

L’enracinement de la culture républicaine (les décennies 1880 et 1890)

– Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine

– 1958-1962, une nouvelle République

La République et les évolutions de la société française

– La République et la question ouvrière : le Front populaire

– La République, les religions et la laïcité depuis les années 1880

– La place des femmes dans vie politique et sociale de la France au XXème siècle

 

Ressources pour le lycée générale et technologique  (Eduscol)

 

1. L’enracinement de la culture républicaine dans les décennies 1880 et 1890

Cette étude s’appuie sur la notion de culture politique largement utilisée depuis une vingtaine d’années par les historiens. Celle-ci désigne un ensemble de références, de représentations, de pratiques, formalisées au sein d’un parti, d’une famille politique et qui leur confèrent une identité propre. L’étude de la culture politique républicaine conduit donc à analyser le renouvellement théorique de l’idée républicaine que mènent un certain nombre de penseurs républicains à partir de la philosophie des Lumières, de l’expérience de la Révolution et de la Deuxième République. Elle implique aussi une interrogation sur la manière dont ces idées sont appliquées (lois, grandes cérémonies, symboles), sur les limites de cette mise en pratique, sur les débats et les contestations qu’elles suscitent et sur l’évolution qu’elles subissent entre les années 1880 et 1890.

L’étude s’intéresse en effet à l’enracinement de la culture républicaine, c’est-à-dire du processus d’adhésion de la majorité des Français et des forces politiques au régime républicain. Pour comprendre ce processus, il faut rappeler qu’en 1870-1871, l’influence des républicains est minoritaire face à des monarchistes qui remportent les élections de février 1871. La Commune de Paris, avec sa triple dimension patriotique, républicaine et sociale, est écrasée en mai 1871, mais sa contribution à la culture républicaine doit être prise en compte. La loi d’amnistie votée par l’Assemblée nationale en 1880, après l’arrivée des républicains au pouvoir, est l’occasion de rappeler cette contribution. Mais il reste alors à enraciner la culture républicaine. Il s’agit de mettre en évidence les stratégies et les instruments utilisés par le pouvoir républicain à cette fin, ainsi que les obstacles qu’il a pu rencontrer. Cette approche doit s’accompagner d’une analyse de la manière dont les Français se sont ralliés à la République, de leurs motivations et de leurs mobilisations. Elle doit mettre aussi en lumière le rôle du contexte économique et social.

L’affaire Dreyfus constitue un moment privilégié pour l’étude de la culture politique républicaine à cette période. Elle montre que la République est un idéal en construction permanente : l’idée républicaine s’y redéfinit au terme de débats très vifs entre les différentes forces politiques, y compris à l’intérieur de la famille républicaine. Elle contribue d’ailleurs à une évolution des partis et à la reformulation de l’opposition droite-gauche. L’intérêt de l’Affaire réside également dans l’émergence de nouveaux acteurs politiques et de nouvelles formes de mobilisation. Elle constitue en outre un événement essentiel dans la postérité de l’idée de République. Enfin, elle confirme le processus d’enracinement de la République.

Document N°2 A :  Double page extraite du manuel de la classe de Première,  Pascal Zachary (dir.), Hachette, 2011

enracinement de la république

Document N°2 B : Double page extraite du manuel de la classe de Première,  Pascal Zachary (dir.), Hachette, 2011

La diffusion d'un jounral republicain

Document N°3 : Extraits de Serge Berstein, « Culture politique » in Jean-Pierre Rioux & Jean-François Sirinelli (dir.) Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997.

« Parce que la notion est complexe, sa définition ne saurait être simple. On peut admettre, avec Jean-François Sirinelli, qu’il s’agit d’« une sorte de code et d’un ensemble de référents formalisés au sein d’un parti ou plus largement diffus au sein d’une famille ou d’une tradition politiques » (1). De cette définition on retiendra deux faits fondamentaux : d’une part, l’importance du rôle des représentations dans la définition d’une culture politique qui en fait autre chose qu’une idéologie ou un ensemble de traditions ; et, d’autre part, le caractère pluriel des cultures politiques à un moment donné de l’histoire et dans un pays donné.

Il va cependant de soi qu’il n’est guère possible de se satisfaire d’une définition globale, nécessairement abstraite, et qu’il est indispensable d’examiner le contenu de la notion si on veut pouvoir l’utiliser et la tester au banc de son efficacité explicative. On ne reviendra pas ici sur le détail de ce contenu qui a fait l’objet en son temps d’une proposition permettant d’en délimiter l’approche (2). L’objet était de montrer que la culture politique constituait un ensemble cohérent dont tous les éléments sont en relation étroite les uns avec les autres et qui permettent de définir une forme d’identité de l’individu qui s’en réclame. Si l’ensemble est homogène, les composantes en sont diverses et aboutissent à une vision du monde partagée, dans laquelle entrent en symbiose un soubassement philosophique ou doctrinal, le plus souvent exprimé sous forme d’une vulgate accessible au plus grand nombre, une lecture commune et normative du passé historique qui connote positivement ou négativement les grandes périodes du passé, une vision institutionnelle qui traduit au plan de l’organisation politique de l’État les données philosophiques ou historiques précédentes, une conception de la société idéale telle que la voient les tenants de cette culture et, pour exprimer le tout, un discours codé dans lequel le vocabulaire employé, les mots clés, les formules répétitives sont porteuses de signification, cependant que rites et symboles jouent au niveau du geste et de la représentation visuelle le même rôle signifiant.

C’est la mise en scène d’une des cultures politiques dominantes du dernier siècle qui a fait l’objet de l’ouvrage collectif Le Modèle républicain (3) dans lequel les auteurs constataient que la culture républicaine s’inscrivait dans la lignée philosophique des Lumières et du positivisme, se réclamait de l’héritage historique idéalisé de la Révolution française, en tirait la conclusion institutionnelle de l’adéquation totale de ces références avec un régime de type parlementaire, préconisait une société de progrès graduel au sein de laquelle l’action de l’État combinée au mérite des individus devait aboutir à la création d’un monde de petits propriétaires maîtres de leurs instruments de travail ou à une promotion dont l’école serait le moteur, enfin trouvait pour s’exprimer un vocabulaire au sein duquel le terme de « citoyens », les « grands ancêtres », les « immortels principes » ou le « progrès » constituaient des mots clés, cependant que le bonnet phrygien, le drapeau tricolore, le chant de La Marseillaise, la représentation de Marianne, si finement analysée par Maurice Agulhon (4), mettaient en place un langage symbolique adéquat aux données majeures de cette culture politique. C’est dire que la culture politique suppose tout à la fois « une commune lecture du passé » et une « projection dans l’avenir vécue ensemble » (J.-F. Sirinelli),

 

(1) C’est la définition qu’il propose in Jean-François Sirinelli dir., Histoire des droites, t. 2, « Cultures », Paris, Gallimard, 1992, p. III-IV.

(2) Serge Berstein « L’historien et la culture politique », Vingtième siècle revue d’histoire, n° 35, juill.-septembre 1992, p. 67-77.

(3) Serge Berstein et Odile Rudelle dir., Le Modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

(4) Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.

Document N° 4 : Les symboles de la République française (http://www.elysee.fr/la-presidence/les-symboles-de-la-republique-francaise/)

Les symboles de la république

Éléments de corrigé : Enseigner l’enracinement de la culture républicaine au Lycée : Histoire et politique

Introduction :

• Problématisation du sujet :

L’histoire politique : un genre traditionnel : histoire a d’abord été celle de l’Etat, des gouvernants, des faits politiques et militaires.

C’est cette histoire qualifiée d’ « événementielle », d’ « historisante » qui a été critiquée au tournant du siècle par les sociologues durkhémiens dont le porte parole F. Simiand à inviter les historiens à renverser en 1903 « les idoles de [leur] tribu » (dont l’idole politique) qui a été largement marginalisée avec le développement de l’histoire économique et sociale jusqu’à être considérée comme « l’écume de l’histoire » par Fernand Braudel.

Si les effets de cette critique sont moindres dans l’enseignement où l’histoire politique n’a jamais totalement perdu droit de cité au nom des finalités civiques et nationales de l’enseignement de l’histoire affirmées avec toujours plus de force depuis la Monarchie de Juillet et codifiées par Ernest Lavisse, à partir des années 1960 la place accordée à l’histoire politique et nationale a aussi été réduite (introduction du thème des  civilisations dans le programme de 1957 pour la classe de terminale, d’aires géographiques extra-européennes en 1977 et en 2007 en collège, introduction de thèmes relevant de l’histoire économique et sociale – guerriers et paysans, l’âge industrielle…)

Toutefois la sortie des paradigmes de l’histoire économique et sociale (explication « en dernière instance » (Louis Althusser) par la structure économique et sociale) a conduit dans le champ de l’historiographie à une reviviscence de l’histoire politique dont René Rémond a été le chef de file. Ce moment improprement appelé « retour » a plutôt constitué en un renouvellement des approches du politique dont la notion de culture politique a été la clef de voûte.

Ce mouvement a aussitôt trouvé un écho dans les programmes dans lesquels, comme le montre ce sujet et les documents qui le composent, la perspective a été renouvelée et où la notion de culture politique a immédiatement (dès les programmes de 1995 dont Serge Berstein a été l’un des rédacteurs) trouvé sa place.

L’enjeu de ce sujet est donc d’analyser ce double renouvellement et la façon dont l’histoire enseignée s’ancre dans les renouvellements de l’historiographie.

 

I. Analyse de la situation professionnelle : Enseigner la culture républicaine.

 

Deux documents nous permettent d’approcher la situation professionnelle et l’enseignement de la notion de culture républicaine

 

Le programme de la classe de Première générale et son commentaire consacré à ce thème et un extrait de manuel où figure la leçon « L’enracinement de la République »

 

1/ Le programme : les notions à acquérir

 

Le commentaire s’appuie d’emblée sur le travail des historiens contemporains sans toutefois les mentionner (mais leurs travaux sont cités dans la fiche éduscol) mais on peut penser à Serge Berstein, J.-F. Sirinelli, J.-P. Rioux ou bien sûr à René Rémond pour se limiter à 4 figures majeures.

La notion de culture politique est approchée à la fois comme une idéologie – un idéal – nourrie de références philosophiques (Lumières, positivisme comtien) et de pratiques politiques et symboliques (lois, grandes cérémonies, symboles).

L’accent est mis sur le processus historique qui conduit d’une assemblée et d’un exécutif monarchiste – la période l’Ordre moral – à l’implantation de la forme républicaine de gouvernement et sa capacité de résistance aux crises qui secouent la France dont l’affaire Dreyfus.

 

La description de la victoire des républicains se défie de toute téléologie. Elle insiste sur la plasticité de la culture républicaine la « République étant un idéal en construction permanente ».

 

Les notions clefs de « pratiques », de « représentations » centrales dans la construction de la notion par les historiens sont avancées dès le premier paragraphe quand il est écrit que la notion de culture politique … « désigne un ensemble de références, de représentations, de pratiques, formalisées au sein d’un parti, d’une famille politique » (définition qui vaut pour d’autres groupes que les républicains).

 

2/ Un exemple de mise en œuvre du programme : la page « Enracinement de la République » du manuel de Première Hachette.

 

Comme il se doit pour un texte « leçon » la page du manuel qui nous a été fournie donne une série d’informations factuelles auxquelles pourront se reporter les élèves en complément du cours du professeur pour préparer celui-ci ou pour le réviser.

 

C’est notamment le rôle du premier paragraphe qui fournit le cadre chronologique des années 1870-1877 qui s’achève par la démission de Mac-Mahon et l’arrivée des républicains opportunistes (élection de Jules Grévy) aux commandes de l’Etat.

 

Ce cadre chronologique posé, le manuel envisage la culture républicaine par ailleurs objet de deux études (p. 324-327)

Il en retient l’école comme instance de formation des citoyens (rôle des instituteurs – les « hussards noirs » de Péguy, rôle des manuels, idéologie du progrès (positivisme comtien) associant « amour de la nation et de la patrie »

Il insiste ensuite sur les nouvelles pratiques politiques et notamment les grandes lois républicaines qui garantissent la liberté politique.

Enfin il montre que cette culture politique s’inscrit dans le paysage et dans des rituels suivant en cela les travaux de Maurice Agulhon sur la républicanisation de l’espace public (rues, statues, édifices proclamatoires…)

 

Le troisième paragraphe est consacré aux débats et combats, aux oppositions (extrême-gauche et extrême droite) et aux affaires et crises dont Boulanger et Dreyfus.

 

Il s’agit donc bien de ne pas réduire ce moment de la vie politique à un récitatif événementiel mais de montrer le poids des représentations qui se structurent alors et quelques vecteurs de leur diffusion  (presse).

 

Sans doute ne faut-il pas minimiser la difficulté de cette approche qui invite à un regard complexe sur le politique qui ne se limite pas à la chronologie mais essaie de prendre compte les vecteurs et de faire comprendre aux élèves la valeur performative des représentations.

L’issue finale de la séquence : la victoires des républicains et l’enracinement de la République doit aussi conduire à se défier de l’illusion rétrospective : en 1880 les jeux ne sont pas faits. Boulanger n’est véritablement vaincu qu’aux élections générales d’octobre 1889 par l’institution de la discipline républicaine qui conduit les candidats républicains quelle que soit leurs sensibilité à se désister pour celui d’entre eux arrivé en tête (opportuniste ou radical). Quant à l’affaire Dreyfus elle témoigne de la présence et de l’audience d’un fort courant nationaliste et xénophobe et de la difficulté à soumettre l’armée aux lois de la République et à faire passer la justice avant la raison d’Etat même si finalement Dreyfus est acquitté et réhabilité grâce à la mobilisation des républicains c’est à dire grâce à l’action politique.

 

3/ Les historiens à l’épreuve de l’événement politique : les historiens et l’Affaire Dreyfus.

 

• Avec la victoire des dreyfusards, l’Affaire, a eu des conséquences sur la pratique des historiens et a contribué à poser en termes nouveaux la question de la fonction sociale de l’histoire. Les historiens dreyfusards, avec le travail d’expertise des chartistes, ont non seulement démontré la pertinence et la puissance de la méthode critique (codifiée par Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos dans l’Introduction aux sciences historiques) mais ils ont aussi prouvé l’utilité de l’histoire au public des non-historiens. « L’Affaire, écrit Madeleine Rebérioux, a […] révélé aux historiens dreyfusards que les universitaires patentés n’étaient pas les seuls à pouvoir faire œuvre de vérité et que l’esprit critique pouvait se forger chez d’autres que les professionnels de l’histoire ». C’est ainsi que parmi les livres sur l’Affaire écrits par de non-historiens, L’Histoire de l’affaire Dreyfus de Joseph Reinach est saluée par les historiens comme une source essentielle. Madeleine Rebérioux propose de son côté de réinscrire le débat de 1903 entre historiens et sociologues dans le moment de l’Affaire qui a vu collaborer des historiens, des philosophes et des sociologues. Parmi les autres conséquences de l’Affaire pour l’histoire il y a la démonstration vivante que l’histoire est légitime pour étudier la période contemporaine.

• En définitive, « les historiens, écrit Vincent Duclert, s’honorent donc d’une œuvre triple : l’engagement individuel, la rédaction de petites brochures de combat et une mise en histoire immédiate de l’Affaire. Chaque fois, c’est opposer aux falsifications antidreyfusardes des preuves une critique systématique des documents disponibles. C’est dégager les enjeux intellectuels de l’Affaire, c’est affirmer la capacité du savoir historique à être présent dans la cité». L’historien investit donc alors une figure nouvelle, celle de l’intellectuel qui intervient dans l’espace public au nom de sa compétence.

31

• Au-delà des divisions que l’Affaire a provoqué dans la corporation historienne, il faut souligner que la fonction « nationale » et « républicaine » des historiens et le rôle de l’histoire dans la légitimation du régime et la fortification du sentiment national ne sont pas remis en cause. Les historiens, qui se battaient pour la vérité au moment de l’Affaire s’engageront sans réticence en 1914 dans le service de la cause patriotique. Le mélange non questionné du scientifique et du politique caractéristique de cette génération d’historiens (en ne cherchant que la vérité l’historien travaille « secrètement » à la grandeur de la patrie écrivait Gabriel Monod) reste donc la règle.

 

Références :

 

– Thomas Ribémont « Les historiens chartistes au cœur de l’affaire Dreyfus », Raisons politiques 2/2005 (no 18), p. 97-116

– Vincent Duclert, article « Affaire Dreyfus », Encyclopediæ Universalis

 

 

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : La notion de culture politique

 

Pour réfléchir à la dimension scientifique et épistémologique du sujet le dossier comporte un extrait de l’article « Culture politique » de Serge Berstein publié dans Jean-Pierre Rioux & Jean-François Sirinelli (dir.) Pour une histoire culturelle,  paru au Seuil en 1997.

Cet ouvrage est avec Pour une histoire politique, dirigé par René Rémond chez le même éditeur en 1988, l’un des deux manifestes pour le renouveau de l’histoire politique dans l’historiographie française. Et Serge Berstein longtemps professeur à Science Po en est l’un des acteurs.

 

1/ Une histoire politique et culturelle

 

Bien qu’il s’inscrive dans la tradition de l’histoire politique les textes programmatiques de ces deux volumes et les travaux empiriques sur lesquels ils s’appuient ou auxquels ils donnent lieu ne sont pas un simple prolongement de cette tradition.

En effet l’histoire proposée n’est pas seulement la pesée des motivations des acteurs, le jeu des forces politiques et des ambitions (même si tout cela peut jouer un rôle) mais plutôt à la suite des incitations déjà anciennes de Pierre Renouvin : celui des « forces profondes » ou à la suite d’André Siegfried des traditions politiques.

Du coup le politique n’est plus réduit à l’éphéméride il se leste des expériences du passé, de la lecture et de la mémoire de ses expériences, des projets nourris par les acteurs, de leur conception de l’avenir – soit la boussole et le compas de l’action politique. Il y a bien des traditions, des « familles politiques » ainsi que René Rémond essaie de le montrer dans les Droites en France (1954)

De la même façon une attention importante est portée aux pratiques symboliques dans la lignée des travaux de Maurice Agulhon (Marianne au village, Marianne au combat)…. Comment dans cette France encore majoritairement rurale et marquée par le christianisme s’opère un transfert de sacralité de la sainte patronne de France Marie vers Marianne, comment s’organise les rituels républicains en décalque de la liturgie catholique (rassemblement, cortège, chants…) pour finalement s’en distinguer et inventer des formes politiques nouvelles…

D’un point de vue conceptuel la notion de représentation est centrale dans cet aggiornamento. Elle n’est pas la simple figuration d’une idée ni le reflet déformé et déformant des jeux sociaux, elle a une fonction performative, elle est lecture et découpe du monde. Elle ne vient pas après coup, elle permet de saisir le monde social, de lui donner sens et se cristallise dans des symboles.

 

« Le concept de représentation s’affina dans ce mouvement. Trois strates de significations peuvent en effet y être distinguées : celles des représentations figurées, objets, images, imprimés, emblèmes, monuments, etc., dont l’étude a formé le cœur des travaux récents en histoire culturelle ; celle, plus immatérielle, des schèmes de perception, des catégories de saisie et d’appréhension du monde, que commandent en amont les systèmes sensoriels, et qui ouvrent en aval sur l’océan des sensations, des sentiments, des émotions, des désirs, des affects, en bref des appréciations ; celle enfin des exhibitions ou des mises en scène de soi (ou de l’autre), par lesquelles les individus et les groupes se signifient socialement, politiquement, symboliquement. Dans les trois cas cependant, le terme renvoie à des formes qui sont toujours, simultanément, expressives et constructives du social, qui sont toujours pensées comme constitutives de pratiques, comme des ressorts de l’action. » Dominique Kalifa, « Représentations et pratiques » Historiographies 2 p 877.

 

2/ Une ressource pour l’enseignement

 

Ainsi définie cette histoire est une ressource pour l’enseignement. En effet elle renouvelle la lecture des documents iconographiques utilisés depuis longtemps dans l’enseignement l’histoire pour en faire des entrées dans la culture politique qui en est à l’origine.

D’autre part elle invite à articuler les représentations du passé et du futur et donc à camper dans un temps long, à retrouver l’épaisseur des présents étudiés, à prendre en compte les expériences des acteurs, leur formation, … leur culture.

 

En définitive dans l’enseignement comme dans la recherche historique la notion de culture contribue à stabiliser la perspective.

 

 3/ Un point d’achoppement et de débat : le fascisme.

 

[Cf. article sur le « Fascisme français » Historiographies, 2.]

 

La notion de culture politique républicaine a cependant été l’objet de débats.

  • • Très heuristique pour comprendre la diffusion de l’idée républicaine, sa plasticité y compris dans l’intégration de la Révolution française par le courant communiste français…
  • • Pour autant sa force et son enracinement peut-elle conduire à refuser de qualifier les mouvements d’extrême droite de l’entre deux guerres de fascistes ? C’est ce que Michel Dobry dénonce comme la thèse « immunitaire », le « mythe de l’allergie française au fascisme » diffusé par l’historiographie française.
  • • Au-delà de ce débat est posée la question des mutations culturelles ou de la naissance de nouvelles cultures politiques à partir d’éléments disparates qui est une question de 1ère importance pour les historiens sans cesse confrontés à la question de la durée et du changement.

 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : Enseigner les symboles de la République. 

Enseigner la République son enracinement ses valeurs répond à deux finalités : faire comprendre, historiser mais aussi faire partager ces valeurs.

 

Cette dimension déjà sensible en histoire est redoublée en éducation civique. Toutefois la formation du citoyen en démocratie étant fondée sur le pari de l’intelligence, la question vis-à-vis des symboles est moins de les faire aimer que de les faire comprendre, moins de susciter une attitude affective que de permettre à l’élève d’en saisir le sens.

Chacun d’eux étant des « lieux de mémoire » au sens de Pierre Nora c’est-à-dire des cristallisations du sentiment national et républicain (au demeurant objet pour la plupart d’un article des Lieux) c’est cette histoire qu’il faut faire connaître aux élèves.

 

Eléments d’explication et de contextualisation de chacun de ces symboles.

 

L’enracinement de la République une page d’histoire très largement enrichie dans l’historiographie et dans l’enseignement et un excellent exemple de l’arrimage de ce dernier à la recherche.

Mais l’enracinement de la République et de ses idéaux reste pour l’enseignement d’histoire-géographie-éducation un programme à faire partager.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.