EASP/ESD 2014 – Sujet : “Enseigner un événement significatif de l’affirmation de l’État au collège : la place de l’événement en histoire”

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle : La bataille de Bouvines, une victoire qui renforce le pouvoir royal.

 

−         Document 1   : Extraits des programmes de l’enseignement d’histoire-géographie-éducation civique classe de cinquième.

 

 

−      Documents 2 : Manuel 5ème Magnard, Rachid Azouz et Marie-Laure Gache (dir.), 2010.

 

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : G. Duby, un regard différent sur la bataille de Bouvines.

 

−         Document 3 : : Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Gallimard, Paris 2005, pp. 18-20.

 

 

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : En quoi les commémorations favorisent elles l’apprentissage de la citoyenneté ?

 

−         Document 4 : Ministère de l’éducation nationale, portail EDUSCOL, Mémoire et histoire. 10 mai : journée officielle de commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

 

 

Document N°1 : Extraits des programmes de l’enseignement d’histoire-géographie-éducation civique    classe de cinquième

Thème 2 – FEODAUX, SOUVERAINS, PREMIERS ÉTATS 

 

CONNNAISSANCES  

 

L’organisation féodale (liens « d’homme à homme », fief, vassal et suzerain) et  l’émergence de l’État en France qui s’impose progressivement comme une autorité souveraine et sacrée.

 

DÉMARCHES  La France est le cadre privilégié de l’étude. Celle-ci est conduite à partir d’exemples au choix :

– de personnages significatifs de la construction de l’État en France : Philippe Auguste, Blanche de Castille, Philippe IV le Bel et Guillaume de Nogaret, Charles VII et Jeanne d’Arc, Louis XI…), ou

– d’événements significatifs de l’affirmation de l’État (la bataille de Bouvines, le procès des Templiers, le sacre de Charles VII…). 

A la fin de l’étude, les élèves découvrent une carte des principales monarchies de l’Europe à la fin du XVe siècle. 

 

CAPACITÉS 

 

Connaître et utiliser les repères suivants :

−      Un événement significatif de l’affirmation de l’État en France

−       Une carte de l’évolution du domaine royal et des pouvoirs du roi en France, Xe – XVe siècle

 Décrire  et expliquer le système féodal comme organisation de l’aristocratie, puis comme instrument du pouvoir royal.

Document N°2 : Manuel 5ème Magnard, Rachid Azouz et Marie-Laure Gache (dir.), 2010.

Bouvines

Document N°3 : Georges Duby, Le dimanche de Bouvines Gallimard, Paris 2005, pp. 18-20. 

C’est un regard différent que je voudrais porter sur les traces de l’évènement. Pour l’histoire positiviste – celle dont je viens de dire un mot, et qui n’est en rien négligeable – la bataille de Bouvines s’inscrivait expressément dans la dynamique d’une histoire du pouvoir. La journée formait comme un nœud, plus volumineux que d’autres, sur une chaîne continue de décisions, de tentatives, d’hésitations, de succès et d’échecs, tous alignés sur un seul vecteur, celui de l’évolution des Etats européens. Une telle vision assignait au métier de l’historien deux objectifs. Etablir d’abord ce qui s’était vraiment passé à cet endroit le 27 juillet 1214. Prendre pour cela les documents comme le ferait un juge d’instruction, y dépister le mensonge, en faire surgir la vérité, confronter les témoins, réduire leurs contradictions, et pour reconstituer les maillons manquants, trier toutes les hypothèses, choisir les mieux assurées. Après cela, situer le « fait vrai » à sa place exacte, en sa position à la fois résultante et causale, entre ses tenants et ses aboutissants. Deux buts à vrai dire inaccessibles. Puisque, nous le savons bien, tous ceux qui assistent à une bataille, fussent-ils en plus haute éminence, sont des Fabrice : ils ne voient que bousculade confuse ; nul n’a jamais perçu, nul ne percevra jamais dans sa vérité totale, ce tourbillon de mille actes enchevêtrés qui, dans la plaine de Bouvines , se mêlèrent inextricablement ce jour-là, entre midi et cinq heures du soir. Et puisque les causes et les effets de cette bataille sont, au plein sens du terme, innombrables, insaisissables pour cette raison dans leur respective efficience. Or l’effort pour s’approcher de ces deux buts obligeait à l’abstraction, c’est à dire à traiter l’événement de 1214 comme un événement d’aujourd’hui. Tendue dans une volonté obstinée d’exactitude ponctuelle, cette histoire, qui se voulait scientifique, négligeait en fait de se garder assez bien des contre-sens et de l’anachronisme. C’est la raison qui me conduit à regarder cette bataille et la mémoire qu’elle a laissée en anthropologue, autrement dit à tenter de les bien voir, toutes deux, comme enveloppées dans un ensemble culturel différent de celui qui gouverne notre rapport au monde. Ce dessein oblige à trois démarches conjuguées. Puisque les marques de l’événement ne sauraient faire l’objet d’une interprétation convenable sans être au préalable replacées dans le système de culture qui reçut en leur temps leur empreinte. Il importe d’abord de se référer à tout ce que l’on sait par ailleurs de cette culture, afin de critiquer les témoignages qui nous sont depuis lors parvenus. Mais aussi, puisque l’événement est en lui-même extraordinaire, les traces exceptionnellement profondes qui en demeurent révèlent ce dont, dans l’ordinaire de la vie, on ne parle pas ou trop peu, elle rassemblent, en un point précis de la durée et de l’étendue, une gerbe d’informations sur les manières de penser et d’agir, et plus précisément, puisqu’il est question d’un combat, sur la fonction militaire et sur ceux qui, dans la société de l’époque, étaient chargés de l’assumer : Bouvines est un lieu d’observation éminemment favorable pour qui essaie d’ébaucher une sociologie de la guerre au seuil du XIIIe siècle dans le Nord-Ouest de l’Europe. Enfin, ces traces instruisent d’autre manière sur le milieu culturel au sein duquel l’événement vient éclater, puis survit à son émergence. Elles font voir comment la perception du fait vécu se propage en ondes successives qui, peu à peu, dans le déploiement de l’espace et du temps, perdent de leur amplitude et se déforment. Je me risquerai donc aussi à observer – mais alors il ne saurait s’agir de ma part que d’une esquisse, et plutôt d’une proposition de recherche – l’action que l’imaginaire et l’oubli exercent sur une information, l’insidieuse pénétration du merveilleux, du légendaire et, tout au long d’une suite de commémorations, le destin d’un souvenir au sein d’un ensemble mouvant de représentations mentales.

Document N°4 : Ministère de l’éducation nationale, portail EDUSCOL, Mémoire et histoire. 10 mai : journée officielle de commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Dès l’école élémentaire et le collège, les enseignants, en particulier d’histoire-géographie, permettent à tous les élèves d’acquérir des connaissances sur la question de l’esclavage. Ces connaissances doivent leur permettre de développer une réflexion civique sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l’humanité.

 Le 10 mai a été choisi en référence au 10 mai 2001, jour de l’adoption en dernière lecture par le Sénat de la loi reconnaissant la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité (loi n°2001-434 du 21 mai 2001). Cette loi a notamment instauré le Comité pour l’histoire et la mémoire de l’esclavage, un organisme composé de personnalités qualifiées parmi lesquelles des représentants d’associations défendant la mémoire des esclaves.

Le comité est chargé de proposer, sur l’ensemble du territoire national, des lieux et des actions qui garantissent la pérennité de la mémoire de ce crime à travers les générations. La circulaire du premier ministre du 29 avril 2008, adressée notamment aux recteurs et vice-recteurs d’académie, rappelle en outre que plusieurs autres dates commémoratives, aux champs géographiques et aux thématiques variés, favorisent une réflexion approfondie des écoliers, des collégiens et des lycéens sur la question de l’esclavage. 

Au niveau local 

Pour des raisons historiques, dans certaines collectivités d’outre-mer, la date de la commémoration est différente de celle de la métropole : 

Le 27 avril à Mayotte 

Le 22 mai en Martinique 

Le 27 mai en Guadeloupe 

Le 27 mai à Saint Martin 

Le 10 juin en Guyane 

Le 9 octobre à Saint Barthélémy 

Le 20 décembre à la Réunion 

Par ailleurs, en métropole, une attention particulière est accordée à la date du 23 mai. Cette journée rappelle d’une part celle de l’abolition officielle de l’esclavage en 1848 et, d’autre part, celle de la marche silencieuse du 23 mai 1998 qui a contribué au débat national aboutissant au vote du 21 mai 2001, reconnaissant l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. De nombreuses associations regroupant les Français d’outre-mer vivant en métropole commémorent à cette date le souvenir de la souffrance des esclaves. 

 Éléments de corrigé : Enseigner un événement significatif de l’affirmation de l’État au collège : la place de l’événement en histoire.

NB. La partie sur la dimension civique du sujet n’est pas traitée.

 

I/ ANALYSE DE LA SITUATION PROFESSIONNELLE : LA BATAILLE DE BOUVINES, UNE VICTOIRE QUI RENFORCE LE POUVOIR ROYAL.

 

                                                                                                                                                                               1/ PROGRAMME : Une problématique avant tout « politique » de la bataille de Bouvines.

1/ La problématique de la « genèse de l’État moderne »

 

Programme : L’organisation féodale (liens « d’homme à homme », fief, vassal et suzerain) et  l’émergence de l’État en France qui s’impose progressivement comme une autorité souveraine et sacrée.

• On peut référer la problématique du programme scolaire qui lie organisation féodale et émergence de l’État au programme de recherche sur la « genèse de l’État moderne » développée par des historiens comme Jean-Philippe Genet. Dans cette perspective l’État est défini comme une forme d’organisation sociale, qui, au nom de sa propre légitimité, garantit sa propre sécurité et celle de ses membres/sujets, disposant au moins à cette fin d’un contrôle sinon d’un cohésion de la société politique, qui joue un véritable monopole de la justice et d’une force militaire spécifique ; mais un « État » qui ne dispose que d’un appareil judiciaire et d’une force militaire performants n’est est pas, ipso facto, un État moderne  mais ce dernier est intrinsèquement liée à la guerre, ce qui renvoie pour notre situation d’enseignement à l’importance de Bouvines.

Sa base matérielle repose sur une fiscalité publique qui est acceptée. L’État moderne suppose l’existence d’une société politique (civile) qui comprend « tous les hommes qui, à un degré et selon des formes quelconques, entrent dans un rapport de pouvoir et de forces avec la nouvelle structure proprement politique de l’État moderne » (J.-Ph. Genet) ; sa dimension territoriale dépasse celle de la cité. L’État moderne apparaît comme le cadre socio-politique indissociable de l’autonomisation de l’individu dans la culture occidentale.

La naissance de l’État moderne est classiquement située entre 1250 et 1350, elle est inséparable : 1/ du développement du féodalisme (monarchies féodales) ; cette « matrice féodale » de l’État moderne est fondamentale car tout part de la domination du seigneur,  « le même ensemble de termes (dominus, dominium, etc.) exprime une variété de pouvoirs allant du spirituel au politique en passant par l’économique et le social ; ces mêmes termes passent de la sphère du seigneurial (dans le double sens des rapports féodo-vassaliques et de la seigneurie rurale) à celle de la monarchie, de l’État et du politique. […] l’État moderne, au moins dans sa première phase, pourrait être décrit comme un féodalisme d’État (terme préférable à celui de « féodalité bâtarde »). En effet, les liens d’homme à homme continuent à faire fonctionner cette société, sauf que l’élément moteur n’est plus le fief ou, plus généralement, l’accès à la terre [mais] l’argent [..] qui remplace donc la terre et la protection (J.-Ph. Genet).

2/ le rôle nouveau de l’Église dans l’Europe latine suite à la réforme grégorienne et la séparation entre laïcs et clercs ce qui pose le problème de la répartition du pouvoir entre puissances laïques et puissances ecclésiastiques 3/ l’essor économique du Xe au XIVe siècle et notamment celui des villes qui permet à l’Occident de s’assurer une suprématie économique entre le XVIe et le XVIIIe siècles.

En aval la genèse de l’État moderne est à replacer dans le cadre de l’essor des monarchies féodales et en amont jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Comme étape significative de l’affirmation de la monarchie féodale en France Bouvines peut donc être inscrit dans cette problématique de la genèse de l’État moderne. Le rôle des liens féodaux dans la bataille et dans chaque armée atteste de la force de ces liens et du caractère féodal des monarchies comme celle de France.

Ce type de problématisation relève donc d’une histoire du politique (l’État) ancrée dans l’économique et le social (le féodalisme) et liée à l’étude des acteurs sociaux (prosopographie, stimulée par l’usage des outils informatiques) et à l’histoire culturelle (avec notamment le thème du sentiment national) et intellectuelle (avec l’étude du vocabulaire politique et plus largement de la naissance de la langue politique par exemple), à distance donc d’une histoire politique limitée aux institutions.

NB. Parmi les limites d’un telle problématisation : l’État moderne n’est pas la seule structure socio-politique vivante en Occident (voir le rôle des villes ou encore de l’Église par exemple).

 

Référence : Jean-Philippe Genêt, La genèse de l’État moderne [Les enjeux d’un programme de

Recherche, Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 118, juin 1997, p. 3-18.

 

• La référence dans le programme au caractère sacré de la royauté renvoie à l’historiographie très riche sur cet aspect, sur la « monarchie de droit divin », le rôle du sacre et plus largement sur la notion d’absolutisme. Le sacre fait du roi un personnage sacré, il n’est plus un laïc et se rapproche des clercs. Le 1er sacre en France est celui de Pépin le Bref en 754 à Saint Denis par le pape Étienne II. Le 1er roi sacré à Reims est Louis Le Pieux en 816. Le sacre a normalement lieu à Reims mais il y a eu des exceptions dues aux circonstances (Hugues Capet, Robert II Louis VI, Henri IV, Louis XVIII). L’un des éléments importants du rituel est l’onction du corps du roi de chrême et d’huile provenant selon la légende de la sainte ampoule utilisée par l’évêque Rémi lors du baptême de Clovis.

Les chercheurs américains de l’ « école cérémonialiste », avec les outils de l’anthropologie historique, ont particulièrement étudié  les grands rituels dont le sacre où se manifestent des conceptions légitimantes de la royauté qui paraissent d’autant plus fondamentales qu’elles surgissent ainsi du mystère de cérémonies.

 

2/ La mise en œuvre « narrative » du manuel : Acteurs et récit de la bataille.

 

Le manuel met en avant le « déroulement » et les « acteurs », ingrédients nécessaires de tout récit ; Bouvines, avec ses péripéties, illustrant par ailleurs tout à fait la notion d’intrigue.

 

• Les « grands acteurs » :

-> Le contexte : la rivalité entre le roi de France Philippe II dit Auguste et les rois d’Angleterre Plantagenêt (Henri II, Richard Cœur de Lion puis Jean sans Terre) qui possèdent de vastes territoires dans tout l’Ouest de la France, de l’Aquitaine à la Normandie (et qui sont à ce titre ses vassaux).

 

En 1214, le roi d’Angleterre Jean sans Terre a formé contre Philippe Auguste roi de France, une coalition avec Otton IV empereur du Saint Empire, Renaud de Dammartin comte de Boulogne, Ferrand Comte de Flandre [et aussi… Guillaume Ier comte de Hollande, Henri Ier duc de Brabant, Thiebaud Ier duc de Lorraine, Henri III duc de Limbourg]. Les coalisés préparent une invasion impliquant les troupes anglaises de Jean sans Terre et celles de Otton et ses alliés.

 

• Le déroulement de la bataille selon Guillaume le Breton :

 

-> L’auteur : chapelain et biographe de Philippe Auguste. Il rédige une biographie en chants La Philippide, entre 1214 et 1224. Guillaume le Breton est aussi le continuateur de la Gesta Philippi Augusti de Pierre Rigord qui sera incorporée dans les Grandes chroniques de France.

-> Un récit hagiographique :

À la demande du roi, Guillaume le Breton réécrivit les passages de La Philippide où le roi n’apparaissait pas sous un jour avantageux (notamment ce qui avait trait à l’emprisonnement de sa seconde épouse Ingeborg de Danemark). Dans le récit de Bouvines Guillaume le Breton met en valeur les qualités de courage, d’intrépidité et de force (virile) du roi.

 

3/ Le Dimanche de Bouvines de Georges Duby : un « annaliste » traite d’une bataille, un événement historiographique ?

-> La réduction de la place de l’événement pour faire une histoire plus scientifique : l’éclipse de l’événement…

 

• Les Annales contre l’histoire événementielle et contre « l’histoire-bataille », bref rappel historiographique.

-> François Simiand contre l’histoire événementielle (contre « l’idole politique »).

-> Les Annales contre l’histoire événementielle opposée à une histoire des structures, économiques et sociales notamment et contre la « vieille et néfaste histoire diplomatique »  : Lucien Febvre (contre l’identification de l’histoire à l’événement, la dévalorisation de l’événement est comprise dans la critique du « politique d’abord ») , Fernand Braudel (l’événement « bref » et « pathétique » du temps court, « écume de l’histoire », agitation de surface déterminée par le cours profond des choses, les structures qui relèvent du temps de la conjoncture et de la longue durée ).

 

• Après 1945 : une « éclipse » des « batailles » et plus largement des événements dans l’histoire enseignée » ? Cette place de l’événement (et de l’événement par excellence qu’est la bataille) est mal documentée dans l’histoire de l’enseignement

Mais on peut indirectement en trouver des traces dans le débat sur l’enseignement de l’histoire à la fin des années 1970. Dans l’histoire de l’enseignement de l’histoire on peut en effet rappeler que lors du grand débat sur l’enseignement de l’histoire de la fin des années 1970 (médiatisé par le « On n’apprend plus l’histoire à vos enfants » lancé par Alain Decaux en 1979)  l’un des enjeux du débat/polémique concernait la question de la chronologie et des « repères » que les élèves ne maîtriseraient plus et que derrière ce thème il y a la question de la place des événements comme repères pour les élèves.

 

• L’évènement Bouvines analysé par G. Duby comme entrée privilégiée pour rendre compte des structures et de l’univers culturel d’une époque : la référence anthropologique en histoire.

-> Il ne s’agit donc pas pour G. Duby d’un retour à la traditionnelle « histoire-bataille »… Il reconnaît d’ailleurs que le récit de la bataille par les historiens se réclamant de l’histoire traditionnelle (ceux qu’ils nomment « positivistes ») n’est « en rien négligeable ».

G. Duby propose une approche de la bataille de Bouvines comme porte d’entrée pour faire une anthropologie et une sociologie de la guerre au XIIIe siècle pour accéder ainsi à un univers culturel (document 3) ; il complète cette approche par l’analyse de la mémoire de l’événement et de sa construction comme jalon essentiel du sentiment national. À ce titre l’événement est abordé comme une porte d’entrée pour la connaissance des structures. C’est dans ce sens que l’on peut partager la conclusion de Jacques Revel à propos de la place de l’événement en histoire :

« Il n’y a pas d’énonciation historique qui ne passe par une mise en récit où l’événement joue un double rôle : il est ce qui arrive et ce qui conditionne le changement, la rupture ». [Revel, 2001, p. 113].

 

 

Des compléments de corrigé : 

 

Le témoignage de G. Duby : « En 1968, je reçus proposition d’écrire, pour la collection qu’avait fondée Gérard Walter, “Trente journées qui ont fait la France”, le livre consacré à l’un de ces jours mémorables, le 27 juillet 1214. Ce dimanche-là, dans la plaine de Bouvines, le roi de France Philippe Auguste avait affronté malgré lui la coalition redoutable de l’empereur Otton, du comte de Flandre Ferrand et du comte de Boulogne Renaud; il était, grâce à Dieu, resté le soir maître du champ. L’empereur avait détalé; les deux comtes rebelles étaient pris. Victoire, comme on l’ai dit et répété, fondatrice: les assises de la monarchie française en furent décidément raffermies. Une bataille. Un évènement. Ponctuel. Retentissant.

J’acceptai. Mes amis, des historiens qui, comme moi, s’affirmaient les disciples de Marc Bloch et de Lucien Febvre, s’en étonnèrent. L’histoire qu’ils faisaient, et que j’avais faite jusqu’alors, celle qu’on devait dire, plus tard et abusivement, “nouvelle” (je dis abusivement, car la plupart des interrogations que nous fûmes si fiers de forger, nos prédécesseurs, avant que ne s’appesantisse la chape du positivisme, les avaient formulés dans le second tiers du XIXe siècle) rejetait en effet sur les marges l’évènement, répugnait au récit, s’attachait au contraire à poser, à résoudre des problèmes et, négligeant les trépidations de surface, entendait observer dans la longue et la moyenne durée, l’évolution de l’économie, de la société, de la civilisation. Il me fallut expliquer ce qui m’avait décidé. Déjà, six ans plus tôt, une commande d’Albert Skira m’avait offert la chance de m’adresser à d’autres qu’à mes confrères et à mes élèves, de sortir de l’atelier, de traiter des questions assez ardues et sans nulle complaisance, mais sur un autre ton, plus libre. A cette liberté j’avais pris goût. Voici que de nouveau il m’était licite de publier mes réflexions, d’exposer le résultat de mes recherches sans être astreint à faire étalage de mes références en notes érudites au bas des pages; voici que je pouvais m’abandonner à la satisfaction d’écrire à ma guise, sans entrave. Car la collection où j’étais accueilli était ouverte, et très largement. J’avais savouré le Pavie de Giono: après ce livre, que ne pouvait-on se permettre? Telle fut la première raison de mon choix: l’attrait du plaisir ».

 

G. Duby : « On oublie tout à fait Bouvines après 1945. Aujourd’hui, les instituteurs n’en parlent plus. Des croisades, des seigneurs et des châteaux, des cathédrales, il leur est recommandé de sauter à Saint Louis, le bon roi, seule figure capétienne offerte aux mémoires enfantines. […]

On voit bien pourquoi se dissipent sous nos yeux les dernières traces de l’évènement. Que viendrait faire le récit de Bouvines dans un enseignement donné aux enfants d’une Europe rassemblée, au nom d’une histoire qui s’est longuement et justement battue pour se dégager des entraves de l’évènementiel? Notre temps chasse les batailles de sa mémoire. Il a raison ».

 

• Une analyse du médiéviste Pierre Toubert à propos du Dimanche de Bouvines de G. Duby :

« On a souvent vu dans le Dimanche de Bouvines une sorte de retour, sinon à l’histoire-bataille, du moins à l’illustration de l’évènement, retour présenté comme bien compréhensible chez un historien qu’aurait quelque peu lassé, en somme, l’histoire des structure. Rien, naturellement, n’est plus faux. Le Dimanche de Bouvines, en effet, avec son rigoureux démontage des formalisations du discours historiographiques, n’avait pour objet final que l’ordonnancement structural de la guerre et de la paix, la morale des guerriers et, à partir de là, l’idéologie de la société et son système de valeurs ».

 

II/ « RETOUR DE L’ÉVÉNEMENT » ET NOUVELLE « HISTOIRE-BATAILLE » : LA FIN D’UN DISCRÉDIT HISTORIOGRAPHIQUE ?

                                                                                                                                                                         

1/ Une réflexion renouvelée sur l’événement en histoire  à partir des années 1970.

 

• Les limites du rejet de l’événement par les Annales :

-> Les tenants de l’histoire-science sociale, dans leur propre pratique historienne ou dans leurs réflexions plus théoriques, n’ont en fait jamais véritablement rompu avec l’événement auquel ils continuent, de fait, d’accorder un intérêt heuristique. Chez Ernest Labrousse l’événement révolutionnaire de 1789 est ainsi analysé comme le « résultat » des fluctuations économiques et de leurs répercussions sociales, dans cette perspective il est bien une « expression » des structures économiques. C’était aussi la position de F. Braudel, l’événement est l’expression de structures plus « profondes » et plus explicatives. Tout ce qui exprime ou dévoile des structures cachées, (économiques, sociales, culturelles ou  du quotidien) peut donc « faire événement ».  Parmi les historiens de la mouvance des Annales ou qui se réclament de l’histoire sociale et qui ont étudié des événements on peut citer : Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, (1932), Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Carnaval de Romans (1979), jusqu’au fait divers hissé au rang de symptôme avec Alain Corbin, Le Village des cannibales, (1990) ou encore Natalie Zemon Davis et al., Le Retour de Martin Guerre (1982).

 

• 1972 et 1974 : Pierre Nora et le « retour de l’événement.

Pierre Nora, “L’événement monstre”, Communications, 18, 1972, repris dans Faire de l’histoire, sous le titre “Le retour de l’événement”, Paris, Gallimard, 1974.

 

• L’analyse de Paul Ricœur de la Méditerranée peut être citée pour développer l’idée que le rejet de l’événement par Braudel ne peut empêcher son livre de garder une « structure narrative »(Ricœur parle encore « d’identité narrative »)  avec des « quasi événements » et des « quasi-personnages ». –> La page du manuel exemplifie à sa manière cette remise à l’honneur de la narration en histoire (ce que Lawrence Stone avait appelé en 1979 « « Retour au récit ») en privilégiant le déroulement (l’intrigue) et les acteurs de Bouvines : tous les ingrédients de la narration sont donc présents (intrigue, personnages, lieu…).

 

• Le « retour de l’événement » dans le cadre des renouvellements de l’histoire politique

 

Le thème du “ retour de l’événement ” en histoire — annoncé par Pierre Nora dès 1972 mais un événement refondé par les médias et la publicité, « loi d’airain de l’événement moderne » (P. Nora)— est, quant à lui, en partie utilisé pour relégitimer une histoire politique renouvelée (1988, R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique) qui se présente également comme une alternative à la longue domination en France de l’histoire sociale de la tradition des Annales. René Rémond a beaucoup insisté sur la réintroduction en histoire du contingent et de l’imprévisible par une nouvelle attention à l’événement. Cette « réhabilitation » de l’événement s’inscrit également dans un contexte intellectuel où les doutes se renforcent quant aux dérives déterministes possibles d’une histoire qui se veut « scientifique », de ce point de vue l’attention renouvelée des historiens pour l’événement participerait d’une volonté de « défataliser » l’histoire (Raymon Aron, Paul Ricœur).

-> Le récit de Bouvines avec ses épisodes « dramatiques » (le roi Philippe désarçonné …) peut tout à fait constituer un point d’appui pour développer cette démarche « anti-déterministe »…

 

• Dans le domaine de l’enseignement, une pleine page sur Bouvines dans un manuel d’histoire attesterait que la « rectification » opérée à partir des années 1980 en faveur d’un socle chronologique de repères (et donc d’événements) pour les élèves, inaugurée par le colloque de Montpellier de 1984 pour clore le débat sur l’enseignement de l’histoire, s’est poursuivie…

Compléments de corrigé, parmi les réflexions épistémologiques sur l’événement en histoire :

NB. Il ne s’agit évidemment pas pour le candidat de rappeler toutes ces références, elles sont proposées ici comme d’autres pistes possibles…

 

Paul Veyne : L’histoire n’est pas rapport aux valeurs; par ailleurs, elle s’intéresse à la spécificité des événements individuels plutôt qu’à leur singularité. Si donc elle est idiographique, si elle raconte les événements dans leur individualité, la guerre de 1914 ou celle du Péloponnèse, et non le phénomène-guerre, ce n’est pas par goût esthétique de l’individualité ou par fidélité au souvenir: c’est faute de pouvoir faire mieux; elle ne demanderait qu’à devenir nomographique, si la diversité des événements ne rendait impossible cette mutation. […] Malheureusement, les événements historiques ne sont pas comprimables en généralités; ils ne se ramènent que très partiellement à des types et leur succession n’est pas davantage orientée vers quelque fin ou dirigée par des lois de nous connues; tout est différence et il faut tout dire. L’historien ne peut imiter le naturaliste, qui ne s’occupe que du type et ne se soucie pas de décrire singulièrement les représentants d’une même espèce animale. L’histoire est une science idiographique, non de notre fait et pour le goût que nous aurions pour le détail des événements humains, mais du fait de ces événements eux-mêmes, qui persistent à garder leur individualité.

Extraits de : Extraits de : P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Le Seuil, édit. 1996 (1971).

 

René Rémond : « L’événement y introduit inopinément de l’imprévisible : c’est l’irruption de l’inattendu, partant de l’inexpliqué, quelque effort que les historiens fassent pour le résorber et l’intégrer dans une succession logique. Il y a en politique plus dans les effets que dans les causes, ou, pour parler plus exactement, on ne trouve pas dans les antécédents tout ce qui en sortira : c’est la part de la contingence. Certes elle existe partout : elle n’est pas moindre dans l’ordre culturel : l’apparition d’un génie littéraire ou artistique, l’émergence d’une philosophie nouvelle échappent autant à l’explication par les précédents, mais en politique c’est l’ordinaire de l’histoire. Le politique est le point de la plus grande convergence de séries causales, et sa complexité le rend plus difficile encore à déchiffrer. L’événement est la défaite d’une certaine rationalité mais pas pour autant la confusion de l’intelligence. L’événement, à plus forte raison la crise qui est un paroxysme de l’événement, a aussi la caractéristique d’être irréversible ; il modifie irrémédiablement le cours des choses. Contrairement aux utopies réactionnaires qui rêvent de renouer la chaîne des temps ou de refermer les parenthèses, on ne remonte pas le cours de l’histoire : les césures sont définitives ».

 

Michel Foucault (dans une perspective différente de celle de René Rémond !) a défendu une conception discontinuiste radicale de l’histoire des formations discursives qui érige l’événementialisation comme “ procédure d’analyse utile ” pour faire surgir une singularité et procéder à “ l’allègement de la pesanteur causale ”, en analysant l’événement “ selon les processus multiples qui le constituent ”. Dans une perspective assez proche, Michel de Certeau se propose d’inscrire l’événement dans notre outillage théorique pour le réintroduire dans une réflexion trop emprisonnée par le développement d’un système : l’événement possède une signification propre en tant qu’il commence quelque chose, qu’il manifeste une nouvelle possibilité, il est un “ avènement qui atteint le tout ”. La difficulté est alors d’échapper à un savoir qui nie la possibilité même de la nouveauté, de penser le nouveau avec un langage ancien qui ne permet pas de le voir.

 

• Paul Ricœur : • Événement infra-significatif et événement sursignifié chez P. Ricœur.

Réconciliant l’approche continuiste et discontinuiste, Ricœur propose de distinguer trois niveaux d’approche de l’événement : ” 1. Evénement infra-significatif ; 2. Ordre et règne du sens, à la limite non-événementiel ; 3. Emergence d’événements supra-significatifs, sursignifiants. “[32] Le premier emploi correspond simplement au descriptif de “ce qui arrive” et évoque la surprise, le nouveau rapport à l’institué. Il correspond d’ailleurs aux orientations de l’école méthodique de Langlois et Seignobos, celui de l’établissement critique des sources. En second lieu, l’événement est pris à l’intérieur de schèmes explicatifs qui le mettent en corrélation avec des régularités, des lois. Ce second moment tend à subsumer la singularité de l’événement sous le registre de la loi dont il relève, au point d’être aux limites de la négation de l’événement. On peut y reconnaître l’orientation de l’école des Annales. A ce second stade de l’analyse, doit succéder un troisième moment, interprétatif, de reprise de l’événement comme émergence, mais cette fois sursignifiée. L’événement est alors partie intégrante d’une construction narrative (d’un récit) constitutive d’identité fondatrice (la prise de la Bastille) ou négative (Auschwitz). L’événement qui est de retour n’est donc pas le même que celui qui a été réduit par le sens explicatif, ni celui infra-signifié qui était extérieur au discours. […] Ce nouveau moment invite à suivre les métamorphoses du sens dans les mutations et glissements successifs de l’écriture historienne entre l’événement lui-même et la position présente.

Extraits de : François Dosse, « Historiser les traces mémorielles »

 http://www.eurozine.com/articles/2006-07-03-dosse-fr.html

 

-> L’analyse de la thèse de Braudel par Ricœur qui « déconstruit » l’écriture braudélienne de l’histoire et de son usage de l’événement a été reprise par Michel Grossetti dans sa récente Sociologie de l’imprévisible [Grossetti, 2005]. Il identifie chez Fernand Braudel, à travers la place accordée à la bataille de Lépante dans la dernière partie de La Méditerranée, le rôle joué par des événements brefs mais qualifiés d’« énormes », capables d’agir sur le temps long, c’est-à-dire sur les structures. La conclusion qui s’impose à propos de cette analyse souligne la distance maintenue entre la pratique historienne de Fernand Braudel dans ce qui reste son œuvre maîtresse et le rejet de l’événement qu’il théorisa lui-même par la suite…

 

•  Dépasser le dualisme événement/structure : R. Koselleck.

 

-> Dans les analyses de Reinhart Koselleck, l’opposition entre structure et événement est dépassée: il définit ainsi le récit comme un « échangeur entre structure et événement ». Plus que d’être en opposition, structure et événement sont solidaires : pas d’événement sans structure (comme condition de possibilité) mais l’événement peut être aussi la voie d’accès privilégié pour atteindre les structures (comme chez G. Duby).

 

2/ Une nouvelle problématisation de l’événement par la mémoire :

 

• Revenir à la troisième partie du livre de Duby intitulé « Légendaire » (voir le plan de l’ouvrage).

Plan du livre :

I/ L’évènement.

1.1. Mise en scène.

1.2. La journée.

 

II/ Commentaire.

2.1. La paix.

2.2. La guerre.

2.3. La bataille.

2.4. La victoire.

 

III/ Légendaire.

3.1. Naissance du mythe.

3.2. Résurgences.

 

-> Cette 3e partie qui traite de la mémoire de l’événement donnait une dimension nouvelle au traitement de l’événement qui s’ouvre aux représentations qu’il a suscitées et qui ont contribué à le construire comme repère de la naissance du sentiment national. Le « Légendaire » propose ainsi une problématisation de l’événement par la « mémoire », qui « annonce » en quelque sorte la déferlante de la thématique mémorielle analysée par Pierre Nora à la fin des années 1970. De plus, cette partie était une contribution à l’étude de l’évolution de la conscience historique française et de ses mythes structurants.

 

• Le « retour » contemporain de l’événement, avec l’accent mis sur la production des traces de l’événement, restitue aussi une place aux acteurs, souvent dépossédés de toute intervention dans les lectures structurales de l’histoire » (Olivier Levy-Dumoulin). Comme l’a dit Michel de Certeau à propos de Mai 68, « l’événement est ce qu’il devient », ce qui induit un déplacement de l’approche de l’amont de l’événement vers son aval. Après avoir longtemps valorisé la quête causale, l’historien se porte davantage aujourd’hui vers les traces multiples et mouvantes laissées derrière eux par les événements du passé.

 

Compléments de corrigé

 

« On peut s’appuyer sur les apports des travaux de Pierre Laborie sur les représentations dans la construction du discours historique [Laborie, 1995 et 2001] qui s’inscrivent dans le droit fil des réflexions de Georges Duby sur cette même question [Duby, 1991] : un événement est le résultat d’un réseau d’interactions qui interfère avec le champ de la réception des événements. En ce sens, l’événement ce n’est pas seulement ce qui arrive. Il ne possède donc pas qu’une dimension factuelle, inscrite dans le temps court. L’événement est aussi ce qui arrive « ensuite », après ce qui vient d’arriver. L’événement c’est bien alors le fait tel que l’on peut le reconstituer mais aussi, et peut-être surtout, ce qu’il advient après, les deux dimensions étant inséparables dans la recherche de son sens. L’événement constitue donc bien un processus d’enchaînements de faits mais aussi une réception de ces processus. À ce titre, la prise en compte des lectures multiples de ce processus est indispensable à la connaissance des représentations construites par les événements. C’est alors dans la réception suscitée par ces derniers que se situe le sens qui va leur être accordé. C’est donc bien au titre de la construction de représentations que des événements ont des effets structurants ».

Michel Bertrand, « Penser l’événement » en histoire : mise en perspective d’un retour en grâce », in Bifurcations, La Découverte, 2009, p. 36-50.

 

3/ Une nouvelle « histoire-bataille » ?

 

D’après : C. Delacroix, F. Dosse et P. Garcia, Les courants historiques en France XIXe-XXe siècles…

 

• Parmi les démarches de renouvellement de l’histoire politique, il faut signaler ce qu’il est convenu désormais d’appeler la « nouvelle histoire-bataille », auto-dénomination explicitement adoptée par ses défenseurs en référence à cette « histoire-bataille » si raillée par les Annales. La relégitimation universitaire de cette « nouvelle histoire-bataille » (Henninger, 1999) et le renouveau de l’histoire militaire et de celle du combat en France, s’est opérée en partie dans le sillage de l’historiographie militaire anglo-saxonne (Keegan, 1976 ; Parker, 1988, Hanson, 1989) qui n’avait pas connu le long délaissement dont elle a fait l’objet en France. En France ce renouveau, d’abord centré sur les aspects sociaux, institutionnels et politiques de l’histoire militaire, s’amorce dans les années 1970. Les travaux d’André Corvisier, sur les armées de l’Ancien Régime, ceux de Philippe Contamine, pour le Moyen Age, ceu-> Enjeu pour la situation d’x de l’équipe réunie autour d’André Martel, pour la période contemporaine,  sont désormais considérés comme des travaux pionniers inaugurant la réhabilitation de l’histoire militaire en France. La parution d’une Histoire miltaire de la France en 1988, les renouvelllements historiographiques de la Première Guerre mondiale autour des historiens de l’Historial de Péronne (Jean-Jacques Becker, Annette Becker, Stéphane Audoin-Rouzeau), les initiatives éditoriales des Services historiques des trois armées et la création du Centre d’études d’histoire de la Défense en 1994 sont autant de repères qui attestent de la vitalité de ce renouveau de l’histoire militaire en France, de plus en plus marquée par les approches anthropologiques mettant « l’accent sur les liens pouvant exister entre les problèmes tactiques, voire techniques, d’une part et les problèmes politiques, sociaux voire relevant de l’histoire des mentalités, d’autre part » (Henninger, 1999 ; Brioist, Drévillon et Serna, 2002).

 

-> Enjeu pour la situation d’enseignement : dépasser le cadre strictement narratif de l’étude de la bataille pour expérimenter des approches plus sociologiques et anthropologiques, dans la lignée d’ailleurs du travail de G. Duby…

 

Conclusion :

 

La nouvelle attention des historiens à l’événement n’est pas un simple « retour » à la traditionnelle histoire événementielle, elle s’est notamment nourrie des réflexions sur l’identité narrative de l’histoire, des approches anthropologiques et d’une nouvelle prise en compte du caractère imprévisible de l’événement. Dans l’enseignement ces avancées sont inégalement prises en compte, c’est la réinscription de l’événement dans une écriture narrative qui a été privilégiée ; il resterait donc à expérimenter les autres pistes ouvertes par la recherche dans ce domaine…

 

Références bibliographiques :

-Article « Événement (Olivier Dumoulin) dans l’Encyclopædia Universalis

-Article « Événement » (François Dosse) dans C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, historiographies. Concepts et débats…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.