EASP/ESD 2014 – Sujet : “Enseigner la Seconde Guerre mondiale au collège : L’événement en histoire”

I. Éléments de présentation de la situation professionnelle : La bataille de Stalingrad

−      Document 1   : Extrait du programme pour la classe de 3e, 2008 (site Eduscol)

−      Documents 2 A et B  :  Histoire-géographie, classe de 3e, Hatier, 2012, p. 86-87    

II. Éléments d’analyse scientifique et méthodologique de la situation professionnelle : Quelle place pour l’événement en histoire ?  

−         Document 3 : J.-B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours, PUF, 1964  

III.  Éléments d’analyse de la dimension civique de la situation professionnelle : Comprendre l’économie : Événement, actualité et conscience citoyenne  

−        Document 4 : http://www.courrierinternational.com/article/2013/01/18/guerre-au-mali-situation-au-18-janvier 2013

Document N° 1 : Programme de la classe de 3e (extrait) BO

Document N°2 A Hatier 3e

la bataille de stalingrad

Document N°2 B : Hatier 3e

russie

Document N°3 : J.-B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours, PUF, 1964

L’historien n’est pas un collectionneur de faits : son rôle est de rendre la réalité intelligible. Autrement dit, il doit choisir. Choisir, c’est avant tout discerner ce qui est « important ». Or, l’importance se mesure selon un critère expérimental : l’ampleur des conséquences. Comment évaluer cette ampleur si nous sommes trop proches de l’événement ? L’historien de 1939 pouvait constater l’existence de mouvements « nationalistes » dans les colonies et les protectorats. Mais pour lui, ces mouvements avaient moins d’importance apparente que les ambitions de l’Allemagne nazie ou de l’Italie fasciste à l’égard des Empires coloniaux français et britannique. Vingt-cinq ans après, il est possible de dire que le rôle des mouvements nationalistes dépassaient en ampleur celui des rivalités impérialistes. Si les empires se sont désagrégés, c’est en raison de la vigueur croissante du nationalisme chez les peuples dépendants. Par contre, pouvons-nous dire aujourd’hui si le différend soviéto-chinois fut un simple épisode sans lendemains, ou au contraire l’affaire essentielle des vingt prochaines années ?   L’importance relative des événements, déjà compliquée par l’absence de recul, l’est plus encore par l’accélération du progrès technique. […] La guerre, qui est l’essence même des relations internationales, est bouleversée dans sa nature plus encore que la paix. La bombe atomique a révélé un concept nouveau, la « capacité de destruction totale ». La guerre, qui était au cours des siècles, selon la formule de Clausewitz, « la continuation de la politique par d’autres moyens », a cessé de remplir ce rôle dans un monde fondé sur « l’équilibre de la terreur ». Autrefois, on pouvait préparer la guerre pour atteindre un objectif. Aujourd’hui, l’armement suprême n’a plus qu’un but, la dissuasion, le deterrent [i.e. dissusasif]. La paix est assurée par la menace du cataclysme. Pourtant, on est à la merci de l’incident ou de l’acte de folie qui pourrait déclencher le conflit. Par contre, une autre forme de guerre se développe, la « subversion », qui permet aux peuples pauvres, mal armés, de résister aux forces « conventionnelles » des riches.

 

Document N°4 : http://www.courrierinternational.com/article/2013/01/18/guerre-au-mali-situation-au-18-janvier 2013

EASP Mali

Éléments de corrigé :

Enseigner la Seconde Guerre mondiale au collège :

L’événement en histoire

Le document 3 doit donc orienter notre lecture du sujet, lequel porte sur la question de l’événement en histoire, abordée à partir d’une étude relevant du programme de 3e portant sur la Seconde guerre mondiale, et plus précisément sur la bataille de Stalingrad.   Ce document, a priori restreint relativement au sujet, nous apporte cependant les éléments de réflexion suivants (les termes importants sont soulignés par nous) : « L’historien n’est pas un collectionneur de faits : son rôle est de rendre la réalité intelligible » « Choisir, c’est avant tout discerner ce qui est « important » » « Or, l’importance se mesure selon un critère expérimental : l’ampleur des conséquences » « La guerre, qui est l’essence même des relations internationales, est bouleversée dans sa nature plus encore que la paix »   Ce texte nous permet ainsi d’organiser notre réflexion, en nous orientant sur quelques points (mais quelques points seulement) relativement à la notion d’événement historique. Celle-ci doit cependant partir de l’analyse de la situation professionnelle qui nous est soumise, c’est-à-dire de l’étude d’un exemple précis, celui de la bataille de Stalingrad, bataille insérée dans la question de la Seconde guerre mondiale comme guerre d’anéantissement. L’interrogation qui nous guidera donc dans la première partie de l’exposé consacrée à l’analyse précise de cette situation didactique est de savoir d’une part comment cette situation s’insère dans le programme, d’autre part quelle est la cohérence de cette situation. Cohérence elle-même à analyser sur un double plan : cohérence interne de la situation proposée ; adéquation avec les attentes du programmes. Cette analyse doit être critique, non pas en ce qu’elle devrait débusquer simplement et systématiquement les incohérences ou inadéquations, mais en ce qu’elle doit mettre en évidence toutes les composantes de la situation. Cela peut donc se traduire par le plan suivant : Les passages marqués NB renvoient à la méthodologie générale de l’épreuve st sont donc transposables pour tout sujet.

  1. La bataille de Stalingrad

Il s’agit, dans cette première partie du propos, d’une part de contextualiser la situation au regard des programmes, de l’autre d’en exposer le sens historique (épistémologie 1)

  1. L’événement « Stalingrad » dans les programmes

NB : cette première sous partie doit toujours permettre d’inscrire le sujet d’étude proposé dans la perspective des programmes, en précisant autant que faire se peut la logique qui préside à sa mise en œuvre dans ce cadre.   Il s’agirait ici d’expliciter le fait que l’événement intervient par rapport à un concept, celui de guerre d’anéantissement. Il pourrait être judicieux de souligner que ce concept succède à celui de guerre totale, déplacée dans les programmes et dans l’historiographie vers la Première Guerre mondiale. Il faudrait relever et commenter les termes par lesquels se concept est explicité dans le programme. Ces termes sont en fait de deux ordres : ceux qui évoquent les enjeux « idéologiques et nationaux » ; ceux qui parlent de « mobilisation de toutes les forces matérielles et morales des peuples en guerre ». On pourrait souligner ici que ces derniers renvoient plus évidemment à la notion de guerre totale, tandis que les précédents donnent une coloration autre. Certes, les enjeux nationaux peuvent être lus comme classiques, mais si l’on se réfère à la notion d’anéantissement, il ne peut seulement s’agir du combat classique pour vaincre l’adversaire, mais bien l’anéantir (une conception qu’Hitler retourne en définitive contre le peuple allemand lui-même en 1945), ce que la notion d’enjeux idéologiques ne fait que renforcer. De surcroît, il ne faut pas négliger que ce paragraphe sur la guerre d’anéantissement est clairement articulé à la question du génocide des juifs et des tziganes (paragraphe suivant de cette section du programme qui s’ouvre significativement par « C’est dans ce cadre… »).

  1. Son traitement dans la situation proposée

NB : il s’agit ici de restituer toujours sen premier lieu la logique interne au document fourni, avant que d’en souligner éventuellement d’une part les incohérences internes et d’autre part l’adéquation ou l’inadéquation à la demande du programme. C’est à partir de cette analyse que des propositions alternatives pourront éventuellement être formulées.   Celui-ci renvoie à deux dimensions complémentaires : d’une part un traitement proprement événementiel (perceptible dans les docs 1, 2 et 7 du dossier présenté, ainsi que dans l’idée de description de la bataille, bien que celle-ci soit orientée vers la notion de « violence » qui introduit au deuxième aspect) ; d’autre part un traitement plus conceptuel, voire anthropologique (perceptible respectivement dans les docs 3 d’une part, 5 et 6 d’autre part, ainsi que dans une partie du questionnement (voir le pavé « activités »).   La transition pourra mettre en évidence que l’aspect de guerre d’anéantissement est rien moins qu’évident (les docs 6 et 7 ne sont pas suffisants sur ce point : ils demandent soit un commentaire complémentaire, soit des éléments de comparaison qui ne sont pas présents dans le dossier). En revanche, on pourra souligner que plusieurs éléments renvoient aux caractères de l’événement historique en général, ce qui introduit au 2 du propos.

  1. La question de l’événement en histoire

NB : Cette deuxième partie, organisée autour de l’analyse plus précise du document 3 (bien que celui-ci ait déjà été mobilisé en fait dans l’analyse du document 2) doit toujours permettre de répondre à la problématique historiographique et épistémologique plus large contenue dans le sous-titre du sujet   Il s’agit ici d’élargir le propos en montrant comment l’analyse de l’événement bataille de Stalingrad introduit à la question plus générale de l’événement en histoire

  1. Les caractères de l’événement historique

NB : On peut donc avec profit reprendre ici des éléments du doc 2 qui serviront de premiers exemples (renversement de la perspective adoptée dans le 1B, en quelque sorte, où le doc 3 servait de ressource sous-jacente pour l’analyse privilégiée du doc2) , ce qui présente l’avantage de lier entre elles les différentes parties du propos au lieu de se contenter de les superposer   Le dossier doc 2 et le doc 3 permettent de revenir sur cette question de ce qui fait d’un événement un événement historique (unicité, conséquences en particulier). Cela doit conduire à s’interroger sur la place de l’événement dans l’analyse historique.

  1. Le traitement de l’événement historique

NB : idem   Le dossier proposé et sa confrontation au doc 3 permettent de mettre en évidence deux points : –       Que l’événement historique peut classiquement relever d’une analyse historique qui privilégie la compréhension d’événements d’ampleur différentielle (ici la place de la bataille de Stalingrad au regard de l’histoire de la Seconde guerre mondiale). L’histoire comme récit d’événements demeure ici prépondérante (cf. Jacques Rancière, Les Noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil, coll. « Librairie du xxe siècle », 1992 : « il est arrivé quelque chose à quelqu’un ») –       Qu’il peut également conduire à une lecture socio-historique, voire anthropologique et qu’ici l’on pourrait judicieusement convoquer d’autres exemples d’une histoire non événementielle de l’événement, dont le classique Dimanche de Bouvines de Georges Duby ouvrant l’histoire de l’événement à celui d’un phénomène historique (la guerre médiévale) et plus loin encore à celui d’une histoire des représentations (construction historique de l’événement dans sa dimension de représentation sociale).

  1. La dimension civique de l’événement historique

Elle découle du propos précédent, bien que cela ne soit pas de prime abord évident.

  1. La dimension historique de l’événement d’actualité

Aborder la question de l’événement d’actualité qu’est la guerre au Mali peut supposer d’introduire une dimension historique (héritage de la présence française issue de la colonisation comme introduction à la compréhension de l’intervention française). L’épaisseur historique de l’analyse de l’événement d’actualité peut trouver ici sa source historiographique et épistémologique dans L’Étrange Défaite de Marc Bloch en 1940, essai dont on peut d’une part faire l’origine de l’histoire immédiate (ce qui pourrait être discuté), et que l’on peut d’autre part, ce qui est davantage lié à la question générale de cette troisième partie d’exposé, rapporter à al question de l’utilité de l’histoire dans la réflexion citoyenne.

  1. L’implication citoyenne

Elle porterait ici sur la question sous-jacente des procédures par lesquelles se décide une telle intervention militaire, et celle concomitante des possibilités de contrôle ou d’action des citoyens dans le cadre d’un État démocratique, relativement à de telles décisions (ce qui renvoie d’une part à l’action citoyenne, de l’autre au fonctionnement des institutions).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.